Comment faire du compost : le guide complet en 4 étapes

comment faire son compost

Pourquoi se lancer dans la réalisation d’un compost ? Il y a d’excellentes raisons à cela. Grâce à votre compost, vous n’allez plus avoir besoin d’acheter de l’engrais ou de la terre de jardin

De plus, vous gagnerez sur votre volume de déchets ménagers et ne remplirez plus votre poubelle. C’est non seulement intéressant lorsqu’on paie sa poubelle au poids, mais c’est aussi écologique.

Reste à savoir comment faire du compost. C’est ce que nous vous invitons à découvrir dans ce tutoriel.

Définition du compost

Le compost est composé de  matière organique morte qui a subi le processus de pourrissement. Le compost est donc un type d’humus. 

Compost  : Principes et fonctionnement

Le compost constitue un moyen écologique d’ajouter des éléments nutritifs au sol et d’améliorer sa structure. L’humus produit dans le tas de compost est un sol vivant qui peut stocker l’eau mais aussi la libérer au bon moment.

Le compost a  un effet positif sur les organismes et les micro-organismes du sol, qui créent à leur tour un substrat de bonne qualité pour les cultures. Grâce au compostage, vous pouvez produire un engrais naturel et efficace à partir des déchets de cuisine et de jardin. 

Cependant, tous les déchets organiques et de cuisine ne peuvent pas être compostés. Quels sont ceux qu’on peut utiliser et ceux qu’il faut éviter ?

Ce que vous pouvez mettre sur le tas de compost :

  • Tontes de gazon – il est préférable qu’elles soient légèrement séchées pour éviter qu’elles ne pourrissent
  • Tontes de feuilles et d’arbustes – ces coupes se compostent plus rapidement si elles sont hachées
  • Fleurs fanées, herbes et mauvaises herbes – il est préférable de les hacher également pour accélérer le compostage ; 
  • Les mauvaises herbes uniquement si elles ne portent pas encore de graines
  • Les déchets de fruits et de légumes – même les agrumes biologiques non traités peuvent être mis dans le compost, mais ils se décomposent plus lentement que les autres fruits
  • Le marc de thé et de café – retirez au préalable les attaches métalliques des filtres et des mousselines
  • Les coquilles d’œufs
  • Les petites quantités de papier et de carton – qui se décomposent très lentement ; pas de papier coloré ou brillant
  • Les petites quantités d’excréments d’animaux domestiques – mais pas d’additifs tels que la litière pour chat
  • Les algues de l’étang de jardin.

Ce que vous ne pouvez pas mettre dans le compost :

  • Les aliments cuits et les restes – en particulier la viande, le poisson et les autres produits d’origine animale, qui attirent notamment les rats
  • Les agrumes traités – les pelures de citron, d’ananas, d’orange et de banane sont souvent contaminées par des pesticides qui ne doivent pas être ajoutés à l’humus
  • Les grosses brindilles, les branches et les racines – elles se décomposent trop lentement
  • Les feuilles difficiles à décomposer – notamment les feuilles des noyers, marronniers, chênes et platanes ainsi que lauriers
  • Coquilles de noix – elles aussi se décomposent trop lentement, ajoutez-en de petites quantités tout au plus
  • Fleurs coupées – surtout celles du supermarché, car elles contiennent souvent des pesticides
  • Mauvaises herbes qui portent déjà des graines
  • Plantes infestées de champignons ou de parasites – évitez de les répandre davantage
  • Papier coloré ou épais
  • Restes de cendre
  • Litière pour chats

Où doit-on placer le tas de compost ?

En principe, vous avez le choix entre deux méthodes de fabrication du compost : la construction d’un tas de compost ou l’installation d’un conteneur à compost tel qu’un composteur thermique. 

Les composteurs sont particulièrement adaptés aux petits jardins et doivent être placés dans un endroit protégé du vent et légèrement ombragé pour un compostage optimal.

Trop de soleil assèche le compost. A l’inverse, s’il pleut continuellement, vous devez protéger le tas de compost d’une trop grande humidité avec une couverture ou une bâche. Les composteurs tels que les composteurs thermiques sont généralement bien protégés contre les différentes conditions météorologiques.

Même sur les petites surfaces, il est intéressant de créer du compost. Grâce à des équipements de compostage spéciaux ainsi qu’à des composteurs thermiques et rapides, le compostage ne pose aucun problème, même s’il y a peu d’espace sur le balcon ou la terrasse.

=> Découvrez notre sélection de composteurs de balcon et cuisine

Les plus grands bacs à compost doivent pouvoir être démontés ou au moins ouverts complètement sur le côté. En fonction de la taille du jardin, deux à trois tas de compost sont parfaits. De cette façon, vous pouvez garder au moins une pile en cours d’utilisation pendant qu’une autre est en sommeil et se décompose tranquillement.

Le guide suivant vous montre, étape par étape, comment fabriquer votre propre compost et ce qui aide les micro-organismes, les vers de terre et les autres habitants du compost à transformer les déchets ménagers.

Instructions étape par étape : comment faire du compost ?

1 – Créer le compost

  • Préparez le compost avec des déchets et des feuilles, placés en couches.
  • Prenez de la terre de jardin et empilez-la sur vos déchets.
  • Continuer à empiler les déchets et les couches de terre.

Voici comment faire du compost en détail :

  1. Le compost est préparé en couches. La première couche a une hauteur d’environ 30 cm et repose directement sur le sol. Cette couche contient les déchets de jardin hachés tels que les tontes de pelouse, les feuilles et autres. 
  2. Si vous compostez dans un récipient à fond fermé, il est recommandé d’utiliser un activateur de compost, que vous saupoudrez directement sur la première couche.
  3. Ensuite, ajoutez une couche de 5 à 10 cm de terre de jardin pour apporter au compost les micro-organismes dont il a besoin pour se dégrader.  
  4. Si le sol de votre propre jardin a été endommagé par des travaux de construction ou d’autres facteurs comme les pesticides, demandez à vos voisins qui ont des tas de compost en bon état de vous fournir du matériel nécessaire à cette étape. 
  5. Vous créez ainsi une base idéale sur laquelle vous pouvez accumuler d’autres couches de déchets. Pour que les micro-organismes aient suffisamment d’oxygène, saupoudrez de temps en temps de petites brindilles coupées.

Remarque : veillez à arroser régulièrement le tas de compost pendant les périodes de sécheresse. Les composteurs du commerce, tels que les composteurs thermiques retiennent un peu mieux l’humidité que les tas de compost ouverts.

2 – Terminer le tas de compost

  • Couvrir le tas avec des tontes de gazon
  • Vous pouvez aussi planter des citrouilles ou des concombres sur le compost.

Comment s’y prendre ?

  1. Une fois que votre tas de compost a atteint une hauteur d’environ deux mètres, il est temps de le finaliser. Pour les bacs à compost, ce temps dépend de la taille.
  2. Recouvrez votre tas de compost de tontes de gazon ou d’un matériau similaire, car le processus de compostage attire les insectes qui peuvent propager des bactéries et des champignons en décomposition, ce qui se transmettrait par la suite à vos cultures.
  3. Vous pouvez également placer des courges ou des concombres sur la couche supérieure de compost et les ancrer avec un peu de terre de jardin si nécessaire. Avec leurs grandes feuilles, ils recouvrent naturellement le compost. 
  4. Comme les feuilles ont besoin de beaucoup de nutriments, elles se sentent particulièrement à l’aise à cet endroit.
  5. Vous allez désormais laisser votre compost se décomposer en toute tranquillité. Il ne demande que peu d’entretien. Au plus vous faudra-t-il de temps en temps le retourner.

3 – Déplacer ou retourner le tas de compost

Après quelques semaines, lorsque le compost n’a plus qu’un tiers de sa masse initiale, vous le retournez avec une pelle ou une bêche. De cette façon, les couches intérieures viennent à l’extérieur et les couches extérieures à l’intérieur. Cela favorise l’aération avec de l’oxygène, ce qui est essentiel au bon développement des micro-organismes.

En outre, un mélange homogène accélère le processus de compostage et indique si le rapport de mélange et le taux d’humidité sont corrects. Si le compost est trop humide, il y aura de la pourriture. L’incorporation de matériaux grossiers et secs permet d’éviter cet écueil.

4 – Utilisation du compost à la maison 

Après environ neuf mois, vous pouvez utiliser le compost comme engrais. Le compost mûr a une structure friable et sent le sol forestier. L’idéal est de tamiser le compost à travers un tamis. Les restes grossiers qui demeurent sont reposés sur un nouveau tas de compost.

Si le compost a été stocké trop longtemps, vous remarquerez qu’il n’a plus beaucoup de substance. Dans ce cas, vous pouvez toujours l’utiliser pour le paillage.

Ce dont vous avez besoin pour votre projet de compostage

  • Terre de jardin
  • Composteur thermique 
  • Bac en bois ou conteneur à compost
  • Brouette
  • Pelles et bêches
  • Tamis 
  • Déchets de jardin

=> Voir notre comparatif des meilleurs composteurs de jardin

Les variantes du compost

Voici les différents types de compost que vous pouvez réaliser:

Compost rapide

Si vous empilez complètement le compost à partir de vos déchets verts, le compostage est plus rapide, par exemple sous la forme d’un andain, c’est-à-dire d’un tas de compost. Le matériau est stocké en strates et couvert. 

Au début du processus de compostage, les micro-organismes commencent par décomposer les matières rapidement dégradables et génèrent de la chaleur au cours de ce processus. Les températures dans un tas de compost frais peuvent alors rapidement atteindre plus de 70 degrés Celsius. Après cette phase, la température baisse à nouveau et les micro-organismes migrent à l’intérieur. Une pourriture à froid se développe et de l’humus est produit.

Compost lent

Un compost qui se constitue lentement au cours de l’année se décompose plus lentement et la chaleur peut être libérée dans l’environnement. Ici, il n’y a pas beaucoup de chaleur et le pourrissement par le froid commence tout de suite. 

Après dix à douze mois, le compost est prêt. Pendant ce temps, le compost doit être retourné une ou deux fois et enfin tamisé. Si vous ne voulez pas attendre aussi longtemps, vous pouvez aussi faire un compost chaud ou rapide (voir ci-dessus). Le compost peut ensuite être utilisé comme engrais. 

Le bac à vers : faire un compost en miniature

Même les propriétaires de balcons n’ont pas à se passer d’un sol riche en nutriments. Vous pouvez installer un bac à vers sur de petites surfaces. Tout comme le compost, la boîte transforme les déchets végétaux en humus, qui peut être utilisé comme engrais pour améliorer le sol des balconnières.

Voici comment préparer cette alternative au compost classique :

Tout d’abord, vous avez besoin d’une boîte faite de planches épaisses. On peut facilement le réaliser à partir d’une plaque de base de 60 x 40 cm, de deux plaques latérales de 30 cm de haut et 60 cm de large et de deux plaques latérales de 30 cm de haut et 40 cm de large.

  1. Il faut maintenant percer des trous dans la plaque servant de base à la boîte, de préférence avec un foret de 6 mm.
  2. Pour une boîte à vers de cette taille, vous avez besoin de 500 vers (Eisenia foetida), que vous pouvez acheter dans les magasins spécialisés.
  3. Pour commencer, tapissez la boîte avec du papier humide. Ajoutez ensuite une couche de terre de jardin, et par-dessus, des déchets végétaux.
  4. La quantité de déchets de cuisine doit être faible au début (environ 200 grammes par jour), puis augmenter lentement.

Le premier compost est prêt après trois mois !

Pour pouvoir utiliser le compost, il faut d’abord attirer les vers hors du bac. Pour ce faire, renversez le compost sur un côté et mettez les nouveaux déchets de cuisine uniquement sur le côté vide. Après environ un mois, les vers auront migré dans le matériau frais.

Utilisez un tamis pour extraire les derniers vers et les morceaux non décomposés.

Attention : les vers ne supportent pas le gel. Le bac à vers doit donc être déplacé dans un endroit plus chaud en hiver pour bien composter.

Conclusion

Faire un compost est une démarche écologique que nous devrions tous appliquer pour réduire nos déchets. Comme nous l’avons vu, la technique peut même être utilisée sur un grand balcon. 

Envisagez-vous de vous lancer dans la réalisation d’un compost ? Voulez-vous vous aussi faire votre propre humus ou votre engrais bio et réduire vos déchets ménagers ou vos déchets verts ?

N’hésitez pas à nous dire ci-dessous en commentaire ce que vous avez pensé de ce tutoriel et de nos conseils et à nous faire part de vos expériences si vous avez déjà essayé de composter. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *