Dernière mise à jour

Fiables, durables, écologiques, économiques, les panneaux photovoltaïques n’ont, semble-t-il, que des qualités. C’est la raison pour laquelle ils connaissent depuis plusieurs années déjà un succès grandissant dans le secteur de l’énergie renouvelable

Entre les aides du gouvernement qu’il est possible de percevoir et la revente possible, totale ou partielle, de votre production d’électricité, les panneaux photovoltaïques s’avèrent également particulièrement rentables.

Si vous envisagez d’en installer chez vous, pour de l’autoconsommation ou pour produire une électricité propre à revendre pour un complément de revenu, notre guide complet 2020 est fait pour vous.

De l’achat à l’installation, des caractéristiques au prix, du fonctionnement à l’entretien, voici tout ce que vous devez savoir pour mener à bien votre projet d’installation de panneaux photovoltaïques. 

Informations à connaître avant l’installation de panneaux photovoltaïques

L’installation de panneaux photovoltaïques constitue un investissement important, la réalisation de certains travaux, mais aussi et surtout un choix qui se fait pour le long terme. C’est la raison pour laquelle notre guide 2020 a pour objectif de rassembler toutes les informations que vous devez connaître avant de vous engager.

Comme toute installation d’énergie, les panneaux photovoltaïques possèdent leurs avantages et leurs inconvénients. Voici les principales informations à connaître avant d’envisager l’installation de panneaux photovoltaïques chez vous.

Pourquoi choisir d’installer des panneaux photovoltaïques ?

Commençons par les avantages d’une installation de panneaux photovoltaïques. En d’autres termes, pourquoi devriez-vous choisir d’en installer chez vous ?

Une énergie propre

La première raison, qui est aussi la plus évidente, est qu’il s’agit d’une énergie propre, dont vous connaissez la provenance. Avec des panneaux photovoltaïques, votre installation utilisera la lumière du soleil pour produire de l’électricité et alimenter toute votre maison. C’est une solution écologique qui utilise une source d’énergie gratuite et inépuisable.

Votre autonomie en électricité

Le second principal avantage des panneaux photovoltaïques est qu’ils permettent de gagner en autonomie dans votre production et votre consommation d’énergie. Que vous choisissiez de dimensionner votre installation pour qu’elle alimente une partie ou la totalité de vos besoins en électricité, c’est une électricité que vous produirez vous-mêmes.

Même sans être autonomiste dans l’âme, être autonome en électricité permet aussi de ne pas subir de désagréments en cas de panne de réseau, par exemple.

Des économies et/ou des revenus réguliers et à long terme

Une fois votre investissement rentabilisé, votre installation de panneaux photovoltaïques vous permettra de faire des économies drastiques sur vos factures d’énergie, voire de ne plus en payer du tout si votre installation subvient à tous vos besoins en électricité.

Mieux encore, si vous avez choisi de revendre votre surplus de production, vous percevrez un revenu annuel régulier pendant toute la durée de votre contrat de revente avec le fournisseur d’énergie que vous aurez choisi (voir notre section “La vente du surplus d’électricité produit”).

Adaptable partout en France

Contrairement aux idées reçues, il n’est pas nécessaire de vivre dans le sud de la France pour qu’une installation de panneaux photovoltaïques soit rentable. Pour qu’une telle installation soit intéressante pour vous, il suffit que le toit de votre habitation soit bien incliné (30°) et le plus possible orienté sud.

Un investissement rapidement rentabilisé

Entre les aides du gouvernement dont il est possible de bénéficier, et surtout les économies qu’une telle installation vous permettra de réaliser, votre investissement pourra être rentabilisé en quelques années seulement. Une fois son coût amorti, votre installation de panneaux photovoltaïques vous permettra de bénéficier d’une électricité gratuite, issue d’une source naturelle, propre et illimitée.

Les inconvénients

L’objectif pour vous étant en premier lieu de peser le pour et le contre, voici également quelques inconvénients à prendre en considération.

Un coût relativement élevé

Investir dans l’installation de panneaux photovoltaïques représente un coût assez élevé dont il vous faudra tenir compte. Cependant, vous êtes peut-être aussi éligible à une ou plusieurs aides de l’Etat qui, surtout lorsqu’elles sont cumulées, peuvent considérablement réduire votre facture. 

Dans tous les cas, avant d’investir, faites un calcul le plus précis possible de ce que sera le prix d’achat et d’installation de vos panneaux photovoltaïques, net d’aides et de subventions.

Un système non adapté à toutes les habitations

Le second inconvénient des panneaux photovoltaïques est qu’ils ne sont pas adaptés à toutes les habitations. D’une part, il faut que votre toit possède une inclinaison d’environ 30°, et d’autre part, qu’il ait un côté orienté le plus possible au sud. Dans une maison dont le toit serait par exemple orienté est et ouest, installer des panneaux photovoltaïques ne serait probablement pas rentable.

Enfin, pour produire suffisamment d’électricité pour couvrir tous vos besoins, il faudra également que votre toit dispose de suffisamment de surface. Pour les personnes vivant en appartement, une telle installation serait éventuellement possible uniquement pour alimenter les parties communes, et en cas d’accord de tous les propriétaires (encore une fois, si les conditions techniques sont également réunies).

Une production dépendante du climat

Certes, il peut être intéressant d’installer des panneaux photovoltaïques chez vous que vous habitiez en Picardie ou en région PACA. Il n’empêche que le fonctionnement des panneaux photovoltaïques reste dépendant du climat, quel que soit votre lieu d’habitation. 

La production d’électricité sera moins importante à chaque fois que le temps sera nuageux. C’est pour cela que, globalement, les panneaux solaires produisent moins en hiver qu’en été. De même, les panneaux photovoltaïques ne produisent pas d’électricité la nuit.

C’est pour cette raison qu’une telle installation nécessite, dans le cas d’une autoconsommation, l’installation de plusieurs batteries, afin de stocker de l’électricité qui sera utilisée la nuit ou les jours de mauvais temps.

Une autre solution adoptée par certains pour palier à ce problème est l’installation d’une seconde source d’électricité qui devient complémentaire et prend le relai. Cela peut être un raccordement classique au réseau, ou l’installation d’un autre système de production propre, comme une éolienne, par exemple.

Fonctionnement d’un panneau photovoltaïque

Les panneaux photovoltaïques exploitent l’énergie du soleil pour produire de l’électricité, une énergie disponible partout et gratuitement. En France, par exemple, chaque m² du sol reçoit en permanence entre 100 et 200 watts d’énergie solaire, non exploitée dans la grande majorité, qui sera en partie réfléchie et en partie absorbée.

Les cellules photovoltaïques

Grâce aux cellules photovoltaïques présentes sur les panneaux, l’énergie lumineuse du soleil est transformée en tension électrique. Il existe plusieurs types de cellules photovoltaïques, qui peuvent être monocristallines, polycristallines, amorphes etc.

Concrètement, la tension électrique se crée entre la couche positive et la couche négative de la cellule photovoltaïque au contact de la lumière du soleil.

La quantité d’électricité que peut produire un panneau photovoltaïque est déterminée par sa puissance. Plus un panneau est puissant, plus il produira une quantité importante de courant électrique.

Pour résumer

Un panneau photovoltaïque est composé d’une multitude de petites cellules polarisées qui, au contact de la lumière du soleil, génèrent une tension électrique. Cette électricité peut ensuite être soit transportée vers le réseau, soit vers votre maison pour alimenter vos appareils électriques.

Les aspects techniques

Abordons à présent les principaux aspects techniques d’une installation de panneaux photovoltaïques. Des panneaux à l’onduleur en passant par les batteries, voici ce que vous devez savoir avant de concrétiser votre projet.

Qu’est-ce que le kilowatt-crête ?

Le kilowatt-crête ou kWc est l’unité de mesure représentant la puissance de production d’électricité selon un ensoleillement donné et des conditions d’installation idéales du panneau photovoltaïque (bonne inclinaison, aucune zone d’ombre etc.).

Pour vous donner un ordre d’idée, dans le sud de la France, la production photovoltaïque moyenne est de 1300 kWh/kWc, tandis qu’elle est d’environ 900 kWh/kWc dans le nord. 

Ainsi, si par exemple votre installation a une puissance de production photovoltaïque de 4 kWc, et que vous décidez de revendre la totalité de votre production, cela vous rapportera environ 819 € par an dans le sud de la France, et environ 567 € par an si vous habitez dans le nord (calcul basé sur le dernier tarif de vente connu, soit 0,1575 €/kWh pour les installations inférieures ou égales à 9 kWc).

L’onduleur

Le courant produit par vos panneaux photovoltaïques est un courant continu. Or, les appareils électriques de votre maison fonctionnent avec du courant alternatif, qui est également celui présent dans le réseau d’électricité. Votre installation nécessitera donc un appareil capable de transformer le courant continu des panneaux photovoltaïques en courant alternatif.

C’est le rôle de l’onduleur. Cet appareil se présentant sous la forme d’un simple boîtier est raccordé d’une part à vos panneaux, et d’autre part à un compteur de production ainsi qu’au réseau vers lequel le courant doit être acheminé (votre habitation ou le réseau de votre fournisseur d’énergie).

Les caractéristiques techniques ainsi que le prix des onduleurs sont très variables et dépendent de la taille de votre installation. L’onduleur que vous choisirez devra respecter certains critères, en plus des normes d’installation (position par rapport aux panneaux photovoltaïques, mise sous abri, aération de la pièce etc.).

Par ailleurs, assurez-vous que votre onduleur possède la norme DIN VDE 126, qui est une norme de sécurité. Elle est d’autant plus importante si vous choisissez de revendre votre production. ERDF sera en effet très vigilant sur les normes de sécurité relatives au courant qui sera directement injecté sur son réseau, ne serait-ce que pour la sécurité des techniciens amenés à intervenir sur ce dernier.

Les différents types de cellules photovoltaïques

Voici un tableau récapitulatif des différents types de cellules photovoltaïques avec leurs avantages et leurs inconvénients :

AvantagesInconvénients
Cellules CZTS (cuivre, zinc, étain, soufre)Applicable sur support flexible.Matériaux non toxiques et courants.Rendement moyen.
Cellules en silicium monocristallinTrès bon rendement.Longue durée de vie (environ 30 ans).Prix élevé.
Cellules CIS en couche mince (cuivre, indium, sélénium)Bon rendementMatériaux non toxiquesConvient aux supports flexibles.Nécessité d’une surface plus élevée pour un rendement équivalent aux cellules épaisses.
Cellules en silicium amorphe (couche mince)Bon rendement même par temps couvert.Prix abordable.Résiste mieux aux températures élevées.Rendement faible en plein soleil.Nécessité d’une surface plus élevée pour un rendement équivalent aux cellules épaisses.Durée de vie courte.Performances qui diminuent avec le temps.

Les batteries pour stocker de l’énergie

Si vous souhaitez consommer directement l’énergie produite par vos panneaux photovoltaïques, il vous faudra alors envisager d’installer plusieurs batteries pour stocker l’électricité, que vous utiliserez lorsque vos panneaux solaires n’en produiront pas ou moins, comme la nuit et les jours de mauvais temps.

Il existe différents types de batteries (AGM, plomb ouvert, lithium-ion etc.), chacune possédant ses avantages et ses inconvénients. L’installation de batteries nécessite de les intégrer dans le dimensionnement de votre installation. 

En d’autres termes, il s’agit de déterminer de combien de batteries vous aurez besoin pour stocker efficacement et suffisamment votre électricité. Retenez toutefois que les batteries pour installations photovoltaïques coûtent relativement cher et ont une durée de vie limitée. C’est l’une des principales raisons pour lesquelles la majorité des gens optent pour une revente partielle ou totale de leur production à EDF-OA.

Faire de l’autoconsommation sans batterie reste possible, et vous permettra aussi de faire des économies d’énergie. Cependant, votre autonomie en électricité sera moins élevée et il vous faudra modifier vos habitudes d’utilisation de vos appareils électriques pour réellement optimiser vos économies.

Production et performances

La capacité de production d’électricité d’un panneau photovoltaïque est déterminée par sa puissance. Cette puissance, quant à elle, est déterminée à la fois par le matériau qui compose le panneau (types de cellules) et sa surface.

La capacité de production et les performances d’un panneau photovoltaïque ne sont ainsi pas déterminées par l’endroit où il sera installé. C’est la quantité produite en elle-même qui dépendra ensuite du climat, et plus précisément de l’ensoleillement. 

Prix des panneaux photovoltaïques

Il est évident que le prix de votre installation dépendra directement de sa taille et de sa puissance. Néanmoins, le prix moyen d’une installation de panneaux photovoltaïques est d’environ 1000 €/m². Ainsi, pour vous donner un ordre d’idée, le prix moyen sera compris entre :

  • 9 000 € et 13 000 € pour une installation de 3 kWc.
  • 16 000 € et 19 000 € pour une installation de 6 kWc.
  • 25 000 € et 30 000 € pour une installation de 9 kWc.

Ces fourchettes de prix ne tiennent pas compte de l’utilisation de batteries, dont le coût peut aussi être assez élevé, en sachant que pour alimenter une habitation même petite, une seule batterie ne suffira pas. Voici les prix moyens constatés sur les batteries selon leur type :

  • Entre 80 € et 250 € environ pour une batterie à plomb ouvert.
  • Entre 200 € et 400 € environ pour une batterie AGM.
  • Entre 250 € et 500 € environ pour une batterie gel.
  • Entre 600 € et 1 000 € pour une batterie lithium-ion.

Ces prix ne sont donnés qu’à titre indicatif, et peuvent considérablement varier selon la qualité, la puissance ou encore les performances, que ce soit pour les batteries ou les panneaux photovoltaïques.

Les aides de l’Etat pour financer vos panneaux photovoltaïques

Installer des panneaux photovoltaïques chez soi constitue un projet et un investissement conséquent. Alors quelles sont les aides pour des panneaux photovoltaïques ? Le gouvernement a mis en place plusieurs types d’aides, parfois cumulables, dont vous pouvez bénéficier sous certaines conditions.

La prime à l’autoconsommation photovoltaïque

Si vous choisissez de consommer l’énergie produite par vos panneaux photovoltaïques, alors vous pouvez bénéficier de la prime à l’autoconsommation photovoltaïque, en vigueur depuis l’arrêté paru le 10 mai 2017. Le montant de cette aide se calcule en fonction de la taille de votre installation, ou plus précisément de sa puissance :

  • Pour les installations photovoltaïques ≤ 3 kWc : 390 € par kWc installé.
  • Pour les installations photovoltaïques comprises entre 3 et 9 kWc : 290 € par kWc installé.
  • Pour les installations photovoltaïques comprises entre 9 et 36 kWc : 180 € par kWc installé.
  • Pour les installations photovoltaïques au-dessus de 36 kWc et jusqu’à 100 kWc : 90 € par kWc installé.

Les montants de cette prime évoluent régulièrement. Vous pouvez les consulter en détail, ainsi que les formules de calcul, dans l’arrêté du 10 mai 2017. 

Pour bénéficier de la prime à l’autoconsommation photovoltaïque, il faut également remplir les conditions suivantes :

  • Le bâtiment doit être clos sur ses façades latérales, et couvert.
  • Les panneaux photovoltaïques doivent assurer, même après démontage, l’étanchéité complète du bâtiment.

Au moins l’une des conditions suivantes devra également être respectée :

Les panneaux photovoltaïques devront être installés sur un toit plat ou de pende inférieure à 5%, ou ;

  • L’installation photovoltaïque doit être installée sur une toiture, et le plan du système doit être parallèle au plan des éléments de couverture qui l’entourent, ou ;
  • L’installation photovoltaïque doit également remplir une fonction de bardage, de brise-soleil, d’allège, de garde-corps, d’ombrière, de pergolas etc.

MaPrimeRenov’ et crédit d’impôt 2020 (CITE)

MaPrimeRenov’ est une nouvelle prime disponible depuis 2020, qui est vouée à remplacer le crédit d’impôt transition énergétique (CITE) dès 2021. En attendant, pour cette année, les deux dispositifs sont exceptionnellement disponibles, mais ne sont pas cumulables, car ils ne sont pas soumis aux mêmes conditions de ressources.

En revanche, l’un et l’autre peuvent être cumulés avec d’autres aides, comme par exemple l’éco-prêt à taux zéro.

MaPrimeRenov’ : Montant et critères d’éligibilité

Le montant de la prime varie en fonction de vos ressources ainsi que du type de travaux effectué, des matériaux utilisés etc. Elle peut aller jusqu’à 20 000 € étalés sur 5 ans. Pour des informations plus détaillées, vous pouvez consulter le guide MaPrimeRenov’ disponible en PDF.

Voici les conditions qu’il faut remplir pour pouvoir bénéficier de MaPrimeRenov’ : 

  • Être propriétaire d’un logement construit depuis plus de 2 ans ;
  • Le logement doit être votre résidence principale ;
  • Les revenus de votre foyer doivent respecter les plafonds de ressources ;
  • Les travaux doivent être réalisés par une entreprise Reconnues Garantes de l’Environnement (RGE).

CITE 2020 : Montant et critères d’éligibilité

Les conditions d’éligibilité du crédit d’impôt pour la transition énergétique sont globalement les mêmes que pour MaPrimeRenov’, si ce n’est qu’il est précisé que vous devez obligatoirement être résident fiscal en France.

Le CITE est également soumis cette année à des conditions de ressources.

Concernant les montants, alors qu’auparavant le CITE s’élevait à 30% du montant des travaux, il s’agit désormais de montants forfaitaires définis selon le type de travaux effectué. Par exemple, le crédit d’impôt est de 3000 € pour l’installation d’un système solaire combiné.

Enfin, le CITE est soumis à de nouveaux plafonds, qui sont de :

  • 2400 € pour une personne célibataire, veuve ou divorcée.
  • 4800 € pour un couple soumis à une imposition commune.
  • 120 € supplémentaires pour chaque personne à charge.

Pour savoir en détail comment fonctionne le CITE et comment en bénéficier, vous pouvez aussi consulter notre article : Le Crédit d’impôt (CITE) – éligibilité & montant en 2020.

Le taux de TVA réduit

Les panneaux photovoltaïques sont également éligibles à la TVA au taux réduit de 5,5 % ou 10 % au lieu des 20 % habituels. La possibilité de bénéficier de l’un ou l’autre taux réduit dépend de plusieurs facteurs :

  • Le type d’usage des panneaux photovoltaïques. Concrètement, l’installation photovoltaïque peut être soumise à la TVA de 10 % si elle n’excède pas une puissance de 3 kWc. Cependant, si elle est associée à une installation thermique (chauffe-eau solaire, par exemple), cette dernière sera pour sa part soumise à une TVA de 5,5 %.
  • La puissance de l’installation.

Par ailleurs, il vous faudra également respecter certains critères d’éligibilité :

  • Le logement doit avoir été construit et terminé depuis au moins 2 ans.
  • La TVA à taux réduit ne s’applique qu’aux matériaux et main-d’œuvre facturés par le professionnel reconnu RGE chargé de l’installation. Ainsi, si vous achetez vous-même les matériaux, ils seront soumis à la TVA classique de 20%.
  • Le logement concerné peut être une résidence principale ou secondaire. Cependant, les locaux concernés par l’installation doivent obligatoirement être affectés à ce logement.

L’éco-prêt à taux zéro

L’éco-prêt à taux zéro est un crédit auquel vous pouvez souscrire auprès de votre banque, dont les intérêts sont pris en charge par l’État. Même si la plupart des banques pratiquent l’éco-prêt à taux zéro, toutes ne le font pas. Vérifiez au préalable que votre banque met bien cette aide à disposition de ses clients. 

Voici les principales conditions d’éligibilité et caractéristiques de l’éco-prêt à taux zéro :

  • Vous devez être propriétaire occupant, bailleur ou copropriétaire de votre logement.
  • Le logement doit avoir été construit avant le 1er janvier 1990.
  • Vos travaux doivent impérativement être réalisés par un professionnel certifié RGE.
  • Le montant du prêt peut aller de 7000 à 30 000 €, en fonction du nombre et du type de travaux à réaliser.
  • Vous pouvez demander un second éco-PTZ pour le même logement dans les 5 années qui suivent, à condition que le montant des deux n’excède pas 30 000 €.
  • La durée du prêt ne peut pas excéder 15 ans, et les travaux devront être effectués dans les 3 ans qui suivent l’émission de l’offre de prêt.

L’éco-prêt à taux zéro est cumulable avec :

  • Le CITE 2020 ou MaPrimeRénov’.
  • Les aides de l’ANAH.
  • Le PTZ pour l’accession à la propriété.
  • Les certificats d’économie d’énergie.

Le Certificat d’Economie d’Energie (CEE)

Cette prime consiste à récompenser les économies d’énergies réalisées grâce à des travaux d’installation ou de rénovation. Les panneaux solaires thermiques y sont éligibles, ainsi que les panneaux hybrides photovoltaïques/thermiques.

Concrètement, ce sont les fournisseurs d’énergie qui versent cette prime à ceux qui sont éligibles et en font la demande. Elle est calculée selon une formule prenant en compte les économies annuelles d’énergie réalisées x la durée de l’opération x un coefficient d’actualisation.

Conditions d’éligibilité :

  • Être propriétaire ou locataire d’une maison individuelle située en France métropolitaine.
  • S’inscrire auprès d’un fournisseur d’énergie qui propose le CEE avant de réaliser les travaux.
  • Les travaux doivent être réalisés par un professionnel certifié RGE.
  • Les plafonds de ressources doivent être respectés.

Attention, vous ne pouvez pas cumuler plusieurs CEE issus de plusieurs fournisseurs d’énergie différents pour les mêmes travaux d’installation.

Caractéristiques des panneaux solaires :

  • Ils doivent être thermiques ou hybrides.
  • Leur productivité doit être d’au moins 500 W/m².
  • Ils doivent bénéficier des certifications CSTBat ou Solar Keymark.
  • Leur surface totale doit être d’au moins 6 m².

Les aides de l’ANAH

L’agence nationale de l’habitat, ou ANAH, propose plusieurs aides et subventions différentes en

fonction du type de travaux que vous réalisez. De plus, leurs programmes d’aide (Habiter Sain, Habiter Serein, Habiter Mieux etc.) sont parfois cumulables. 

N’hésitez pas à les contacter pour qu’ils puissent déterminer si vous êtes éligible à une ou plusieurs de leurs subventions en fonction de la nature et du contenu de votre projet.

La vente du surplus d’électricité produit

Ce n’est pas à proprement parler une aide de l’Etat, mais la possibilité de vendre votre surplus de production d’électricité à votre fournisseur d’énergie est également une solution pour rentabiliser votre investissement et en réduire le coût global. 

Les modalités de cette vente ainsi que les montants qu’il est possible de percevoir sont encadrés par l’arrêté du 9 mai 2017. Ce dispositif vient compléter la prime à l’autoconsommation. Ainsi, vous pouvez vendre votre surplus d’électricité issu de vos panneaux photovoltaïques au montant de :

  • 0,10 € par kWh pour les installations photovoltaïques ou hybrides allant jusqu’à 9 kWc.
  • 0,06 € par kWh pour les installations photovoltaïques ou hybrides comprises entre 9 et 100 kWc.

Comment bien choisir vos panneaux photovoltaïques

Pour bien choisir vos panneaux photovoltaïques, la clé réside dans le bon dimensionnement, dès le départ, de votre future installation. Pour ce qui est du choix des meilleurs panneaux photovoltaïques, les plus fiables, au meilleur rapport qualité/prix etc., vous pouvez vous inspirer de notre sélection (paragraphe suivant de cet article).

Dimensionner votre installation en calculant votre consommation

Que vous ayez ou non pour objectif d’auto consommer votre future production d’électricité, mieux vaut dès le départ dimensionner votre installation dans ce but. En effet, les panneaux photovoltaïques étant un projet sur le long terme, cela vous laissera la possibilité de changer d’avis plus tard.

Pour savoir quels panneaux photovoltaïques choisir, de quelle puissance, et combien, il vous faudra tout d’abord évaluer avec le plus de précision possible quels sont vos besoins en électricité. Une installation trop petite serait problématique, et une installation trop grande inutile et trop coûteuse par rapport à votre consommation.

Comment calculer votre consommation d’électricité ?

Pour calculer une estimation de votre consommation d’électricité, vous avez deux possibilités :

  • Vous baser sur vos factures actuelles : Dans ce cas, prenez votre consommation sur l’année, et notez les variations de consommation selon les saisons. Vos panneaux photovoltaïques devront couvrir vos besoins les plus importants (qui correspondent généralement à votre consommation hivernale).
  • Vous baser sur la puissance de chacun de vos appareils électriques, et la durée pendant laquelle ils sont en fonctionnement : Vous obtiendrez un résultat plus précis, mais le calcul peut être long et fastidieux. Du réfrigérateur à la chaudière en passant par votre téléviseur, rien ne devra être oublié.

Notre sélection

Pour vous aider à choisir le meilleur panneau photovoltaïque pour votre installation et vous donner une idée de ce qui se fait sur le marché, voici notre sélection des trois meilleurs modèles actuellement disponibles.

Le modèle préféré des consommateurs

Panneau photovoltaïque monocristallin 115 Wc Victron

Avec ses 36 cellules monocristallines et ses 115 Wc de puissance, ce panneau peut produire jusqu’à 600 Wh par jour. Garanti 5 ans à 100% de rendement et 25 ans à 80%, il est le chouchou des consommateurs, et à juste titre. Performant même par faible ensoleillement, il s’adapte à tous les types d’installations.

Le modèle préféré des professionnels

Module solaire monocristallin Phaesun Sun Plus 100

Ce modèle est très apprécié des installateurs professionnels pour sa grande fiabilité et sa robustesse. Produisant un courant continu de 12V, il est également renforcé par un cadre en aluminium double épaisseur, ainsi qu’une couche de verre de 3,2 mm et un film double épaisseur qui protègent les cellules.

Notre coup de coeur

Panneau Photovoltaïque Polycristallin 320W BYD Classe A Exclusive

Notre équipe s’est arrêtée sur ce modèle de panneau photovoltaïque car c’est celui qui offre le meilleur rapport qualité/prix. Constitué de 72 cellules en silicium polycristallin, il génère un courant électrique de 24V, contre 12V pour les modèles plus standards. Nous avons également apprécié :

  • Le rendement énergétique élevé annoncé par le fabricant.
  • Sa garantie certifiée de 25 ans.

Installation de panneaux photovoltaïques

L’installation des panneaux photovoltaïques doit être réalisée par un professionnel compétent. De l’intégration des panneaux à votre toiture à leur raccordement en passant par l’installation et le réglage de l’onduleur et d’éventuelles batteries, de tels travaux nécessitent une expertise certaine.

Par ailleurs, pour pouvoir bénéficier des aides de l’Etat, votre installation devra être effectuée par un professionnel certifié QualiPV, qui est la certification RGE (Reconnu Garant de l’Environnement) dédiée au photovoltaïque.

Voici une vidéo qui explique simplement l’installation de panneaux solaires photovoltaïques :

Entretien des panneaux photovoltaïques

Les panneaux photovoltaïques constituent une installation réputée fiable et durable. De ce fait, ils ne nécessitent pas d’entretien lourd. Concrètement, quelques opérations mineures d’entretien seront à réaliser régulièrement, essentiellement des contrôles et des tâches de nettoyage.

Contrôle visuel et nettoyage annuel

Chaque année, faites un contrôle pour vérifier visuellement que :

  • Aucun module n’est cassé ou abîmé.
  • La surface des cellules n’est pas dégradée.
  • Il n’y a pas de déchets sur les panneaux.
  • Les modules sont bien fixés à la structure.
  • Il n’y a pas de végétation couvrant les panneaux (mousse, lierre etc.) ou leur faisant de l’ombre (arbres).

Pour ce qui est du nettoyage, en principe, si l’inclinaison de vos panneaux photovoltaïques est correcte, le plus gros du nettoyage se fera tout seul grâce aux intempéries. Cependant, un nettoyage annuel reste nécessaire pour ôter toute trace de poussières, pollution etc. 

Si vous êtes dans un environnement “agressif” pour vos panneaux photovoltaïques (présence d’usines, d’exploitations agricoles, circulation dense etc.), un nettoyage plus fréquent pourra être nécessaire.

Le déneigement

Si vous habitez une région où il neige fréquemment en hiver, alors il est possible que vous deviez déneiger vos panneaux photovoltaïques. Outre les pertes de production, une quantité trop importante de neige accumulée pourrait abîmer votre installation du fait de son poids. Attention toutefois à ne pas les abîmer pendant l’opération, et à assurer votre sécurité avant tout, le toit pouvant être très glissant.

En principe, si la pente de votre toit est suffisante, la neige glissera toute seule. De même, ne vous risquez pas à un déneigement si la couche de neige est fine, les pertes de production seront alors négligeables.

Contrôle et nettoyage de l’onduleur

La durée de vie moyenne d’un onduleur est comprise entre 8 et 12 ans environ. Un entretien régulier lui permettra d’atteindre facilement et même de dépasser cette fourchette. Pour cela, contrôlez régulièrement le bon fonctionnement de votre onduleur, de son système de refroidissement (nettoyez les sorties d’air si besoin), et vérifiez également la bonne aération de la pièce où il se trouve.

FAQ

Quelle est la différence entre un panneau photovoltaïque et un panneau solaire ?

En réalité, un panneau photovoltaïque est un panneau solaire. Ce que l’on appelle couramment “panneau solaire” désigne en réalité les panneaux dits “thermiques”. A la différence des panneaux photovoltaïques, les panneaux solaires thermiques convertissent la chaleur émise par le soleil. Ils sont généralement utilisés dans des installations telles que les chauffe-eaux solaires, par exemple.

Quelle surface pour des panneaux photovoltaïques ?

Tout dépend de la puissance que vous souhaitez avoir sur votre installation, mais aussi du type de panneaux photovoltaïques que vous choisirez. Pour vous donner un ordre d’idée, il faut compter en moyenne une surface d’environ 8 à 10 m² pour une puissance d’1 kWc.

Combien de kWh au maximum peut-on revendre à EDF ?

Si le prix de vente au kWh varie tous les trimestres, il n’y a en revanche pas de quantité maximum que vous pouvez revendre pour votre production d’électricité photovoltaïque. Ainsi, quelle que soit la puissance de votre installation, vous pouvez revendre le surplus ou la totalité de votre production, quelle qu’en soit la quantité.