Dernière mise à jour

Abordable, polyvalente, facile à installer dans tous types de logements, la chaudière gaz à condensation permet en plus de réaliser des économies d’énergie et d’argent non négligeables.

Changer de système de chauffage pour installer une chaudière chez soi reste cependant un projet d’envergure auquel il faut se préparer. De l’achat à l’installation, avec notre guide complet 2019, vous aurez toutes les informations nécessaires pour concrétiser ce projet.

Informations à connaître avant l’achat d’une chaudière gaz à condensation

Pourquoi choisir une chaudière gaz à condensation ?

Comme tous les systèmes de chauffage, la chaudière à gaz à condensation possède ses avantages et ses inconvénients. Peser le pour et le contre est la première étape avant d’envisager d’en acheter une et de l’installer. Voici les principaux avantages et inconvénients de ce type d’installation.

Avantages

  • Peu encombrante, elle s’installe tout aussi bien dans une grande maison que dans un petit appartement.
  • Elle peut vous faire économiser jusqu’à 35 % sur vos factures de gaz.
  • Son coût d’achat et d’installation peut être rentabilisé en quelques années seulement, grâce aux économies réalisées sur vos factures de gaz et aux aides de l’Etat.
  • Les accessoires et technologies disponibles (thermostat, programmateur etc.) permettent de gérer votre consommation en temps réel et de l’optimiser selon vos besoins.
  • Elle peut chauffer à la fois vos radiateurs et votre eau chaude sanitaire.
  • Elle est facile à installer et à utiliser au quotidien.
  • Elle a une longue durée de vie (environ 20 ans).
  • Elle est facile à remplacer en cas de problème.

Inconvénients

  • Moins polluante qu’une chaudière au fioul, par exemple, la chaudière gaz à condensation ne fait cependant pas non plus partie des systèmes de chauffage les plus écologiques, en termes d’émission de gaz à effet de serre.
  • Si vous n’êtes pas relié au gaz de ville, vous devrez alors installer une chaudière fonctionnant au gaz propane, avec la nécessité d’installer une citerne de stockage, encombrante et plus coûteuse (le gaz propane étant également plus cher que le gaz naturel).
  • L’entretien de la chaudière (quel que soit le type de chaudière) est annuel, obligatoire, et engendre des frais supplémentaires. Ces frais sont néanmoins un « mal nécessaire » pour anticiper les pannes et maintenir des performances optimales.
Astuce du professionnel

Comparez également avec les autres types de chaudières :

Comment fonctionne une chaudière gaz à condensation ?

Le fonctionnement de base d’une chaudière condensation à gaz est le même que pour n’importe quelle autre chaudière : la chaleur est produite en brûlant du gaz. Cette chaleur va ensuite chauffer les circuits auxquels elle est reliée (chauffage central, eau chaude sanitaire).

Il existe ensuite deux grandes familles de chaudières : La chaudière à condensation et la chaudière basse température. Les modèles à basse température, comme leur nom l’indique, chauffent l’eau et l’ECS (eau chaude sanitaire) à une température inférieure à la moyenne (généralement 40 °C environ).

Pour les modèles à condensation, en revanche, la vapeur d’eau contenue dans les fumées issues de la combustion est récupérée. Cette vapeur d’eau, également chaude, va permettre de récupérer encore plus de chaleur sans consommer plus de gaz, grâce justement à la condensation. Elle va ensuite refroidir et redevenir de l’eau liquide qui sera évacuée avec les eaux usées.

Les différentes technologies disponibles

Les combustibles

Les chaudières gaz à condensation peuvent fonctionner avec plusieurs types de gaz différents :

  • Le gaz naturel
  • Le butane
  • Le propane ou GPL

Beaucoup de modèles de chaudières acceptent les 3 types de gaz, un simple réglage suffisant à les adapter à l’un ou l’autre.

La chaudière instantanée

Elle chauffe instantanément l’eau lorsqu’elle est puisée. Elle ne possède donc pas de ballon de stockage d’eau chaude. Ce type de modèle convient surtout aux petits logements ayant des besoins faibles en eau chaude sanitaire.

La chaudière à micro-accumulation

Ce type de modèle possède un petit ballon d’eau chaude intégré de quelques litres (de 3 à 10 litres), également appelé ballon tampon. Il permet d’avoir très rapidement de l’eau chaude à la sortie du robinet, et ainsi d’éviter le gaspillage d’eau froide.

La chaudière à accumulation

Ce type de chaudière possède un ballon de stockage plus important, entre 20 et 150 litres selon les besoins. La chaudière accumulation est idéale pour les maisons, les grands logements ou les familles de plus de 3 personnes.

La chaudière sol

Les chaudières sol sont plus volumineuses, plus encombrantes, et en moyenne plus puissantes que les chaudières murales. Elles peuvent être raccordées à d’autres technologies telles qu’une pompe à chaleur ou un chauffe-eau solaire par exemple. Ces modèles conviennent particulièrement aux grandes maisons possédant de gros volumes à chauffer.

La chaudière murale

Peu encombrante, s’installant facilement dans un placard ou entre les éléments d’une cuisine, par exemple, la chaudière murale est parfaite pour répondre aux besoins d’un appartement ou d’une petite maison.

Consommation de gaz

Les modèles actuels de chaudières gaz à condensation permettent d’obtenir une combustion complète et une utilisation de toute la chaleur produite y compris dans l’évacuation. Cela permet d’obtenir plusieurs avantages :

  • Une limitation considérable des rejets d’éléments polluants dans l’atmosphère
  • Un rendement maximal
  • Une consommation réduite, jusqu’à 35 % de moins par rapport à une chaudière classique

Performances et rendement

Si vous avez déjà regardé les modèles de chaudières disponibles sur le marché, vous avez dû constater que la plupart d’entre eux affichent des rendements supérieurs à 100 %. Or, en théorie, c’est impossible.

Pour faire simple, les modes de mesure et de calculs actuels, et donc les barèmes des rendements des chaudières ne tiennent pas compte de la chaleur récupérée via la condensation. Lorsqu’on y ajoute les performances liées à la récupération de chaleur supplémentaire par condensation, on obtient donc un résultat supérieur à 100%.

Pour déterminer le rendement d’une chaudière à gaz, on mesure ainsi deux éléments :

  • Le Pouvoir Calorifique Inférieur (PCI)
  • Le Pouvoir Calorifique Supérieur (PCS)

Une chaudière à gaz classique actuelle aura déjà, en moyenne un rendement en PCI de 90 % et un rendement en PCS de 80% environ. Un tel modèle auquel on ajouterait un système de condensation verrait son rendement en PCI grimper à 110%.

Si les chaudières gaz à condensation sont si économiques et écologiques, c’est avant tout grâce à leur sophistication technique qui permet d’utiliser 100 % du gaz brûlé et d’en récupérer la totalité de la chaleur produite.

Prix d’une chaudière gaz à condensation : coûts d’achat et d’installation

Le prix d’achat d’une chaudière gaz à condensation varie en fonction de sa puissance, de ses performances, ou encore s’il s’agit d’une chaudière à condensation murale ou au sol. Globalement, les prix oscillent entre 2 000 € et 8 000 € environ.

Les tarifs sont plus élevés que pour une chaudière à gaz classique. Cependant, cette différence de prix s’explique par le fait que les modèles à condensation sont plus sophistiqués, plus performants et plus économiques en termes de consommation d’énergie.

Le prix de l’installation dépend lui aussi de plusieurs critères. Tout d’abord, il varie d’un installateur à l’autre. Ensuite, cela dépend de la complexité de l’installation à effectuer, selon les équipements éventuellement déjà installés, la configuration du logement, le type de chaudière choisi (au sol, mural, avec ou sans réservoir de stockage etc.).

En moyenne, le prix de la main d’œuvre pour l’installation d’une chaudière gaz à condensation varie entre 500 € et 1 500 €.

Astuce du professionnel

En moyenne, le prix de la main d’œuvre pour l’installation d’une chaudière gaz à condensation varie entre 500 € et 1 500 €.

Faites des économies grâce aux aides de l’Etat

Tous les types de travaux visant à réduire votre consommation d’énergie et l’emprunte carbone de vos installations peuvent être partiellement financés par les aides de l’Etat relatives à la transition énergétique.

Concrètement, cela inclut les travaux d’installation de systèmes utilisant les énergies renouvelables, les travaux visant à améliorer l’isolation de votre habitation, et tous travaux permettant de réduire votre consommation d’énergie, notamment grâce à des installations plus performantes et moins polluantes.  

Voici les différentes aides auxquelles vous pouvez être éligible en investissant dans une chaudière à gaz à condensation, ainsi que leurs caractéristiques et leurs conditions d’éligibilité.

La certification RGE

La certification ou norme RGE (Certifié Garant de l’Environnement) est une norme de qualité destinée aux installateurs professionnels. Les détenteurs de cette certification sont reconnus officiellement par l’Etat comme étant des professionnels qualifiés et spécialisés dans les nouvelles installations écologiques et liées au développement durable.

Pour vous, cette norme sera la garantie d’avoir une installation de qualité et des réglages optimisés pour votre chaudière gaz à condensation. D’autre part, l’installation par un professionnel certifié RGE est une exigence commune à l’obtention de toutes les aides de l’Etat.

Concrètement, l’obtention de cette norme exige de l’artisan qui la souhaite de suivre une formation spécifiquement axée sur l’aspect écologique et développement durable des nouveaux systèmes énergétiques en vigueur.

Le crédit d’impôt 2019

Le crédit d’impôt pour la transition énergétique ou CITE vous permet d’obtenir un crédit d’impôt de 30% du montant total des travaux d’installation de votre chaudière gaz à condensation. Sans conditions de ressources, il est par ailleurs cumulable avec d’autres aides, comme par exemple l’éco-prêt à taux 0 (voir plus bas). Les conditions d’éligibilité au CITE sont les suivantes :

  • Votre logement doit être votre résidence principale et doit avoir été construit depuis plus de 2 ans.
  • Les travaux pour lesquels vous souhaitez un crédit d’impôt, et leurs dépenses, doivent être réalisés avant le 31 décembre 2019 inclus.
  • Les travaux doivent être effectués par une ou plusieurs entreprises possédant toutes la certification RGE (Reconnu Garant de l’Environnement).
  • Le CITE est limité à un plafond de 8000€ pour une personne seule et 16000€ pour un couple. À ces montants s’ajoutent 400€ par personne à charge. Par ailleurs, notez que ces plafonds s’appliquent sur les dépenses éligibles effectuées sur les 5 dernières années, soit de 2015 à 2019.

L’éco-prêt à taux 0

L’éco-prêt à taux zéro fonctionne exactement de la même manière qu’un prêt classique. La seule différence est que c’est l’Etat qui prend en charge la totalité des intérêts du crédit. Il se souscrit donc auprès de votre banque comme n’importe quel prêt, à condition de remplir les critères d’éligibilité suivants pour pouvoir l’obtenir :

  • Être propriétaire occupant, bailleur ou copropriétaire du logement concerné.
  • Faire réaliser vos travaux par un professionnel certifié RGE.
  • La construction du logement doit être achevée depuis au moins 2 ans.

Le montant du prêt est de 10 000€ par catégorie de travaux, dans la limite de 30 000€ pour 3 bouquets de travaux différents donc cumulables. Et comme une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, sachez que la possibilité de bénéficier d’un éco-prêt à taux zéro a été prolongée jusqu’au 31 décembre 2021.

La TVA à taux réduit

La TVA au taux réduit de 5,5% au lieu de 20% fait également partie des aides de l’Etat dont vous pouvez bénéficier dans le cadre de l’installation d’une chaudière gaz à condensation. Voici les critères à remplir pour y être éligible :

  • Le logement doit avoir été construit et terminé depuis au moins 2 ans.
  • Vous devrez faire installer votre chaudière par un professionnel certifié RGE.
  • Si vous achetez la chaudière à condensation gaz chez un professionnel certifié RGE, vous pourrez alors aussi bénéficier de la TVA réduite sur le montant de votre chaudière, et pas uniquement sur la main d’œuvre d’installation.
  • Le logement concerné peut être une résidence principale ou secondaire. Cependant, les locaux concernés par l’installation doivent obligatoirement être affectés à ce logement.

L’ANAH

L’agence nationale de l’habitat, ou ANAH, propose plusieurs aides et subventions afin de lutter contre la précarité énergétique tout en contribuant à des projets écologiques. Leurs subventions sont soumises, entre autres, à des conditions de ressources puisque leur objectif est d’aider les foyers les plus modestes.

Cependant, à chaque subvention ses conditions de ressources et d’éligibilité, n’hésitez pas à les contacter pour demander si vous pouvez bénéficier de leur aide. Voici les deux principales subventions qui peuvent vous concerner dans le cadre de l’installation d’une chaudière à gaz à condensation.

  • Habiter Mieux Sérénité : Cette subvention est destinée à tous types de travaux susceptibles de vous apporter un gain d’énergie d’au moins 25%.
  • Habiter Mieux Agilité : Cette subvention est accordée dans le cadre de travaux de changement de chaudière ou de système de chauffage, de travaux d’isolation des murs ou des combles. L’installation d’une chaudière gaz à condensation entre donc dans ces critères.

Il existe plusieurs paliers selon vos revenus que l’ANAH classe en différentes catégories, dont vont dépendre le montant des subventions auxquelles vous serez éligible :

  • La catégorie « ressources modestes » : Si les revenus de votre foyer entrent dans cette tranche, l’ANAH peut vous apporter une subvention à hauteur de 35% du montant hors taxes (HT) de vos travaux, dans la limite de 7 000€ maximum.
  • La catégorie « ressources très modestes » : La subvention sera de 50% du montant HT de vos travaux dans la limite de 10 000€ maximum.

Quelle chaudière gaz à condensation choisir ?

Avant de faire un choix parmi les différentes marques et modèles du marché, voici une liste des différents critères à prendre en compte :

Faites une estimation précise de vos besoins

Pour choisir la meilleure chaudière gaz à condensation, le critère principal à déterminer est la puissance, avant même de songer aux performances. Choisir une chaudière trop puissante en pensant qu’elle consommera moins parce qu’elle ne fonctionnera pas à plein régime est une erreur.

Inversement, opter pour un modèle moins puissant afin de faire des économies ruineront ces économies sur le long terme, parce que votre chaudière sera également moins performante, et s’usera beaucoup plus vite.

Pour choisir la puissance idéale donc le modèle de chaudière idéal, rien de mieux que d’effectuer un bilan qui soit le plus précis possible de vos besoins en chauffage et en eau chaude sanitaire. Vous aurez notamment besoin de connaître les différentes caractéristiques de votre maison (surface, volume, isolation, nombre de pièces etc.), votre consommation actuelle, le nombre de personnes dans votre foyer etc.

Si vous le pouvez, faites réaliser une étude thermique complète de votre logement par une entreprise spécialisée. Cette dernière pourra ainsi établir un bilan précis contenant toutes les informations nécessaires à l’achat d’une bonne chaudière gaz à condensation. Vous pourrez ensuite présenter ce bilan au professionnel chez qui vous souhaitez acheter votre matériel.

Sinon, réaliser ce bilan vous-même peut être largement suffisant, en sachant que votre installateur et/ou revendeur saura également vous conseiller pour vous aider à faire votre choix final.

Voici une liste non exhaustive des renseignements que vous pouvez récolter vous-même et qui sont nécessaires pour déterminer le choix de la meilleure chaudière gaz à condensation pour votre habitation :

  • Surface à chauffer, et volume à chauffer si possible.
  • Consommation actuelle de chauffage.
  • Consommation actuelle d’eau chaude sanitaire.
  • Equipements actuellement installés dans votre habitation (conduit de cheminée, chaudière existante, circuit de chauffage central, ballon d’eau chaude etc.).
  • Informations sur l’isolation de votre maison (date des derniers travaux, norme RT2012 etc.).
  • Toute autre information que vous jugerez utile.

Choisissez la puissance de votre future chaudière

Une fois que vous aurez réalisé une étude complète des caractéristiques thermiques de votre logement ainsi que de vos besoins en chauffage et eau chaude sanitaire, vous pourrez choisir la puissance optimale de votre future chaudière gaz à condensation.

Pour ce faire, vous aurez besoin des éléments suivants :

  • Le coefficient de consommation d’énergie (CCE) : il est estimé à 1,6 pour les logements bien isolés (isolation récente, normes RT 2005, RT 2012 et plus), et à 2 pour les logements « mal » isolés.
  • L’indice de température extérieure (ITE) qui dépend de votre lieu d’habitation : Il est évalué à 7 pour les régions du Sud de la France, 9 pour le Centre, 12 pour le Nord et 15 pour les régions montagneuses.
  • La température de chauffage souhaitée.
  • Le volume de votre logement.
  • Les déperditions d’énergie, dont le coefficient est estimé globalement à 1,3.

Voici la formule de calcul de la puissance théorique de votre chaudière :

Puissance de chauffage = CCE x (Température + ITE) x Volume x Déperdition

Voici un exemple concret pour y voir plus clair :

Pour un appartement de 100 m² situé en Picardie, avec une hauteur sous plafond standard de 2,50 m, une bonne isolation récente, dans lequel vous souhaitez maintenir une température ambiante de 20 °C :

  • Volume = 100 x 2,5 = 250 m3
  • Indice ITE = 12
  • CCE = 1,6
  • Température ambiante souhaitée = 20 °C

Puissance théorique = 1,6 x (20 + 12) x 250 x 1,3 = 1,6 x 32 x 250 x 1,3 = 16 640 watts soit 17 kW.

Vous pouvez également ajouter une marge de sécurité d’environ 20%, mais pas plus, ce qui nous donne le résultat final suivant : 16 640 x 1,2 = 19 968 watts soit 20 kW.

Dans cet exemple, avec une chaudière de 20 kW, vous aurez le juste point d’équilibre pour qu’elle puisse fonctionner à un régime optimal, ni trop faible ni trop élevé.

Meilleures chaudières gaz à condensation : notre sélection

Puissance, rendement, meilleur rapport qualité/prix, faire son choix parmi les nombreux modèles et marques disponibles sur le marché n’est pas toujours facile, même lorsqu’on a bien étudié la question. Pour vous donner une idée sur les modèles disponibles, voici notre sélection de chaudières gaz à condensation, selon les avis des consommateurs et des professionnels.

Le choix des consommateurs

Chaudière Gaz Condensation ThemaPlus Condens Saunier Duval


Chaudiere Gaz Condensation Themaplus Condens Saunier Duval

Principales caractéristiques :

  • Système d’évacuation : Ventouse de condensation
  • Combustible : Gaz naturel ou propane
  • Classe énergétique chauffage : A
  • Classe énergétique sanitaire : A
  • Conforme aux exigences de la norme RT 2012
  • Rendement : Jusqu’à 109,3 %
  • Puissance : 25 kW, 30 kW ou 35 kW
  • Dimensions : 740 x 418 x 344 mm
  • Poids : 38,4 kg
  • Disponible avec ou sans les accessoires d’installation (ventouse, douilles, dosseret)

Notre avis : Peu encombrante et silencieuse, cette chaudière permet d’avoir de l’eau chaude rapidement (ce qui évite aussi le gaspillage d’eau froide) grâce à ses performances, et plus précisément la présence d’un mini-ballon de 3 litres. Côté chauffage, elle affiche un rendement élevé et sera tout aussi efficace dans les logements nécessitant une faible puissance de chauffage.


Le choix des professionnels

Chaudière Gaz Condensation Initia + Compact Chappée


Chaudiere Gaz Condensation Initia Compact Chappee

Principales caractéristiques :

  • Système d’évacuation : Ventouse de condensation
  • Combustible : gaz naturel, butane ou propane
  • Classe énergétique chauffage : A
  • Classe énergétique sanitaire : A
  • Conforme aux exigences de la norme RT 2012
  • Rendement : Jusqu’à 108,8 %
  • Puissance : 25 kW ou 29 kW
  • Dimensions : 700 x 400 x 299 mm
  • Poids : 38,5 kg
  • Disponible avec ou sans les accessoires d’installation (ventouse, douilles, dosseret)

Notre avis : Cette chaudière à condensation offre d’excellentes performances qui lui confèrent aussi un excellent rapport qualité/prix. Légère, peu encombrante, elle vous permettra aisément de chauffer toute la maison tout en ayant de l’eau chaude à volonté. Un simple réglage suffit à l’adapter au combustible de votre choix, ce qui la rend adaptable à n’importe quel type de logement.


Notre coup de cœur

Chaudière Gaz Condensation MPX MI Slim De Dietrich


Chaudiere Gaz Condensation Mpx Mi Slim De Dietrich

Principales caractéristiques :

  • Système d’évacuation : Ventouse de condensation
  • Combustible : Gaz naturel, butane ou propane
  • Classe énergétique chauffage : A
  • Classe énergétique sanitaire : A
  • Conforme aux exigences de la norme RT 2012
  • Rendement : Jusqu’à 108,8 %
  • Puissance : 29 kW ou 33 kW
  • Dimensions : 700 x 400 x 299 mm
  • Poids : 34 kg
  • Disponible avec ou sans les accessoires d’installation
  • (ventouse, douilles, dosseret)

Notre avis : Nous avons craqué pour cette chaudière De Dietrich pour sa polyvalence, sa fiabilité, ses bonnes performances et sa toute petite taille. Ses 40 cm de largeur vous permettent de l’installer dans un placard ! Nous apprécions aussi son boitier électronique intégré qui permet un contrôle optimal de votre chauffage.


Installation d’une chaudière gaz à condensation

Peut-on l’installer soi-même ?

Sauf cas particulier, une chaudière gaz à condensation est facile et relativement rapide à installer. Cependant, cela ne signifie pas qu’il soit judicieux de l’installer vous-même. Pour commencer, cela nécessite tout de même des compétences spécifiques en chauffage, plomberie et électricité. Les différents raccords (gaz, eau, conduit d’évacuation etc.) et les réglages qui s’en suivent doivent être réalisés avec précision, toute erreur pouvant entraîner de graves conséquences.

Ensuite, cela vous enlèvera certains avantages, comme notamment l’accès aux aides de l’Etat, qui exigent toutes que l’installation ait été faite par un professionnel certifié RGE. L’argent ainsi économisé sur la main d’œuvre ne sera probablement pas à la hauteur des économies que vous pourriez réaliser avec les aides de l’Etat.

Si toutefois vous possédez les compétences requises, rien ne vous empêche d’installer votre chaudière vous-même. Cependant, vous devrez ensuite la mettre en conformité en demandant à un professionnel du gaz agréé de venir la contrôler afin de vous délivrer un certificat de conformité.

L’installation par un professionnel

L’installation de votre chaudière gaz à condensation par un professionnel agréé engendrera un coût supplémentaire qui va venir s’ajouter à la facture finale. Mais contrairement à ce que cela laisse à penser, ce coût reste négligeable comparé aux avantages que cela vous apporte, ainsi qu’à sa rentabilisation financière immédiate :

  • Vous pourrez compenser ce coût supplémentaire de main d’œuvre, et plus encore, grâce aux aides de l’Etat pour la transition énergétique.
  • Vous bénéficierez d’une installation optimale, y compris au niveau des réglages de tout votre système de chauffage. Cette installation sera garantie, et votre chaudière à condensation gaz vous offrira les meilleures performances possibles.
  • L’entretien et la maintenance pourront être effectués par votre installateur. Ce dernier pourra ainsi effectuer un suivi de votre installation sur la durée, et sera plus à même d’intervenir rapidement en cas de problème.

Entretien de votre chaudière à condensation au gaz

L’entretien obligatoire

Toutes les chaudières, quel que soit leur mode de fonctionnement, sont soumises à un contrôle annuel obligatoire qui doit être effectué par un professionnel, pour des raisons de sécurité. Le prix de ces contrôles varie entre 70 et 150€ environ.

Vous avez aussi la possibilité de souscrire à un contrat de maintenance auprès de votre installateur ou du professionnel que vous aurez choisi pour l’entretien de votre chaudière gaz à condensation. Cela ne modifie pas le coût annuel, ou très peu, et un tel contrat vous donnera des garanties supplémentaires en cas de panne (déplacement gratuit et rapide du technicien, certaines interventions gratuites selon les contrats etc.).

Au cours du contrôle annuel obligatoire, le technicien vérifiera notamment les éléments suivants :

  • Le rendement de votre chaudière
  • L’état des pièces mécaniques
  • L’état de vos circuits de chauffage et d’eau chaude sanitaire
  • L’évolution de ses performances
  • Au besoin, il effectuera les ajustements nécessaires (réglages, purge du circuit d’eau etc.).

Les contrôles à faire vous-même

Entre deux contrôles annuels, vous pouvez veiller vous-même au bon fonctionnement de votre chaudière par des contrôles usuels simples :

  • Vérifiez régulièrement la pression de l’eau : Si cette dernière devient trop faible, votre chaudière se mettra en sécurité. Chaque modèle possède sa pression minimale, qui doit généralement être d’au moins 1,2 bars, et ne pas dépasser 2,5 bars. Pour augmenter la pression, il suffit d’ouvrir le robinet d’arrivée d’eau de la chaudière jusqu’à atteindre la pression souhaitée.
  • Soyez attentifs aux bruits qu’émet votre chaudière, à l’apparition d’éventuelles fuites d’eau, à votre eau si elle n’est pas chauffée de manière constante, ou encore à l’apparition d’une surconsommation d’énergie. Ces signaux annoncent probablement l’apparition d’une future panne, et doivent vous alerter. Au moindre doute, n’hésitez pas à contacter votre technicien de maintenance.
  • Si vous vous absentez plus d’une semaine, n’oubliez pas de mettre votre chaudière en mode « hors gel », et ne coupez pas ses alimentations (électrique, gaz, eau).

FAQ

Que devient le condensat d’une chaudière gaz à condensation ?

Le condensat, autrement dit l’eau issue de la condensation des fumées de combustion, doit être évacué avec les eaux usées. Il ne peut pas être récupéré car l’eau issue de ces fumées est acide. Ainsi, le tuyau d’évacuation doit être en PVC pour éviter tout risque de corrosion.

De même, le raccordement au circuit des eaux usées doit se faire à un point stratégique où l’écoulement est régulier afin de diluer ces eaux acides, encore une fois pour éviter la corrosion des conduits en béton ou en fonte.

Je n’ai pas accès au gaz de ville, puis-je installer une chaudière gaz à condensation ?

Oui, vous pouvez. Dans ce cas, vous devrez installer une citerne à gaz à l’extérieur de votre habitation, afin de pouvoir y stocker votre gaz comme vous le feriez avec une chaudière à fioul. De même, tout comme une citerne à fioul, les citernes à gaz peuvent être enterrées ou apparentes.

Peut-on raccorder une chaudière gaz à condensation à une bouteille de gaz ?

Oui, en théorie. Cependant, cette manipulation est à faire par un professionnel, et ne vous sera utile que ponctuellement ou dans le cas d’un chauffage d’appoint.

Bien que la chaudière à gaz à condensation ne soit pas la solution la plus écologique qui existe sur le marché, elle présente tout de même de nombreux avantages qui en font un excellent choix. Performante, pratique et facile à installer quelle que soit la configuration de votre logement, les économies qu’elle permet de réaliser constituent déjà une amélioration de votre emprunte carbone.

Nous espérons que notre guide 2019 vous aidera à concrétiser votre projet d’achat et d’installation d’une chaudière gaz à condensation. Si vous souhaitez poser une question, ou partager votre expérience, n’hésitez pas à laisser un commentaire sous cet article.