Dernière mise à jour

Connu pour avoir chauffé de nombreux foyers depuis de nombreuses années, le poêle à bois était ensuite quelque peu tombé en désuétude. Cependant, il a été remis au goût du jour depuis quelques années.

Fort des dernières avancées technologiques, d’une modernisation esthétique et d’un élargissement dans le choix des modèles disponibles sur le marché, le poêle à bûche remporte aujourd’hui un franc succès. Il possède un fort rendement, est pratique, écologique et économique.

Comment choisir le bon modèle de poêle à bois pour chauffer son logement ? Comment l’installer ? Peut-on l’installer dans n’importe quel type de logement ? Comment l’entretenir ? Combien coûte l’installation ? Combien coûte le bois de chauffage ? Dans ce guide complet 2019, nous allons répondre à toutes ces questions fondamentales, et bien d’autres encore.

Pourquoi choisir un poêle à bois pour se chauffer ?

Pourquoi opter pour un poêle à bois plutôt qu’un chauffage plus classique comme une chaudière à gaz, une chaudière à granulés ou un chauffage électrique, par exemple ? Tout simplement parce que ce poêle possède de nombreux avantages qui en font un choix plus judicieux.

Voici quelques-uns de ces principaux avantages :

  • Il est plus économique : Bien qu’il représente un certain investissement lors de son achat et de son installation, le poêle à bois sera plus économique sur le long terme. Par ailleurs, avec les aides écologiques dont vous pourriez bénéficier, votre investissement devrait être rapidement rentabilisé.
  • Il est plus écologique : Comme son nom l’indique, son combustible est le bois de chauffage, qui est un combustible naturel et surtout renouvelable contrairement aux énergies fossiles.
  • Le combustible le moins cher du marché : Le chauffage au bois coûte en moyenne quatre fois moins cher qu’un chauffage électrique, et deux fois moins cher qu’un chauffage au gaz. Opter pour un poêle à bûches vous permettra donc de faire des économies non négligeables sur votre facture de chauffage annuelle.
  • Il est facile à entretenir : Son installation et son système de fonctionnement sont beaucoup plus simples que pour une chaudière, par exemple. Ainsi, son entretien est lui aussi simplifié et moins coûteux. Seuls un ou deux ramonages par an du conduit de cheminée seront nécessaires, en plus d’un entretien de nettoyage, simple mais régulier, par vos soins.

Quelques inconvénients tout de même :

  • La place nécessaire : Un poêle à bois prend de la place, il faut donc disposer d’un espace suffisant. Par ailleurs, il faut aussi tenir compte d’un espace pour stocker vos bûches de bois. Prévoyez un espace proche de votre poêle pour stocker au moins quelques bûches, afin de ne pas avoir à aller en chercher sans arrêt à l’extérieur.
  • La manutention : Se chauffer au poêle n’est pas forcément de tout repos. Il faut ranger et stocker le bois au sec dès sa livraison, remettre régulièrement des bûches dans votre poêle pour l’alimenter, surveiller le feu de temps en temps etc.
  • Le nettoyage : Le bois est salissant, il amènera poussière, sciure et autres petites saletés dans votre maison, qu’il faudra nettoyer régulièrement.
  • Pas de thermostat : Vous devrez contrôler vous-même la température de votre maison en contrôlant la puissance du feu. Par ailleurs, vous aurez probablement de petits écarts de température entre l’environnement immédiat du poêle et les environnements plus éloignés.

Ce qu’il faut savoir avant d’acheter

Comment fonctionne un poêle à bois ?

Le poêle à bûches a un fonctionnement similaire à celui d’une cheminée à insert. Ce fonctionnement se fait grâce à un système de tirage de l’air.

Concrètement, lorsque votre poêle à bois est allumé, l’air froid arrive par un premier conduit, est chauffé à l’intérieur du foyer par les flammes, et les fumées de combustion sont simultanément et automatiquement aspirées vers le conduit d’évacuation. La diffusion de la chaleur ainsi produite se fait de deux manières, par rayonnement et/ou par convection.

Les différents types de poêles à bois

Tout d’abord, il est important de différencier les poêles à convection des poêles à rayonnement, qui sont deux modes de diffusion différents de la chaleur :

  • Le poêle à convection : Dans un poêle à convection, l’air chaud est diffusé via des conduits pour chauffer une ou plusieurs pièces de votre logement. Votre maison sera chauffée plus rapidement, mais la température aura tendance à être moins homogène qu’avec un poêle à rayonnement.
  • Le poêle à rayonnement ou à inertie : Il transmet sa chaleur aux masses environnantes (le poêle lui-même, les murs autour etc.). Cette chaleur se diffuse ensuite pour chauffer la pièce. C’est plus lent, mais plus homogène et moins salissant, l’air chaud des poêles à convection ayant tendance à générer de la poussière.

Qu’est-ce que l’inertie d’un poêle à bois ?

C’est sa capacité à emmagasiner de la chaleur afin de la redistribuer. Plus un poêle à bûche aura une inertie forte, meilleur sera son rendement.

Bien que tous les poêles à bois ont un fonctionnement globalement similaire, il existe différents types de poêles à bois, que l’on peut classer comme suit.

Les poêles à bois en fonte ou en acier

C’est le poêle à bûches de bois classique tel que tout le monde le connaît. La diffusion de la chaleur se fait par convection. Les modèles les plus courants, à simple foyer, ont le plus souvent une inertie assez faible, pour un rendement qui oscille en moyenne entre 60% et 80% pour les modèles les plus récents et les plus performants.

Cependant, il existe aussi depuis quelques temps des modèles à double foyer, appelés poêles à tirage inversé ou double combustion (voir plus bas), où le second foyer brûle les gaz qui sont normalement évacués. Ces modèles sont donc plus performants mais aussi moins polluants et moins salissants.

Les poêles à bois de masse

Les poêles à bois dits “de masse” sont également appelés poêles réfractaires, poêles à accumulation ou encore poêles à longue inertie. Ils sont constitués de fonte ainsi que de matériaux réfractaires (briques réfractaires, pierres ollaires, roches volcaniques etc.) et sont entourés de pierres maçonnées.

La diffusion de chaleur se fait par rayonnement. Elle est donc plus lente mais dure plus longtemps et offre une température homogène dans la pièce chauffée.

Ces modèles à forte inertie ont également pour avantage un feu qui dure plus longtemps et qui nécessite d’être alimenté moins souvent. Beaucoup plus volumineux et lourd que les autres, il sera plus compliqué à déplacer et coûtera plus cher à l’achat et à l’installation.

Cependant, sa grande autonomie et son grand volume, justement, en font un candidat idéal pour une utilisation en chauffage principal.

Les poêles à bois en vitrocéramique

Ces poêles offrent une vue panoramique du foyer grâce à leurs portes en vitrocéramique. Certains modèles offrent une diffusion de chaleur par convection, d’autres par rayonnement ; à vous de choisir selon l’usage que vous souhaitez en faire.

Les modèles en vitrocéramique sont très performants et offrent un rendement minimum de 70%. Certains proposent également des plaques de cuisson sur le dessus pour profiter de la chaleur de votre poêle à bois pour cuisiner.

Les poêles à bois à double combustion

Les poêles à bois équipés de systèmes à double combustion permettent d’optimiser leurs performances. Ces poêles possèdent deux foyers de combustion. Le premier foyer “classique” possède une arrivée d’air permettant la combustion du bois de chauffage.

Le second foyer récupère les gaz qui s’échappent du premier foyer et les brûle une seconde fois grâce à un apport d’air secondaire. Les avantages d’un tel système sont une meilleure combustion, plus complète donc plus écologique, une consommation de bois réduite, et un meilleur rendement (70% minimum).

Les poêles à bois mixtes

Les poêles à bois mixtes disposent d’un réservoir à granulés. Vous pouvez donc tout aussi bien utiliser du bois de chauffage classique ou des pellets pour alimenter votre poêle.

Les poêles à bois hydro

Les poêles à bois hydro (hydrauliques) permettent de chauffer un circuit d’eau en plus de chauffer l’air ambiant. Ils permettent donc de profiter des avantages du chauffage au bois et d’une chaudière. Vous pouvez opter pour ce type de poêle si vous souhaitez l’utiliser comme chauffage principal, y compris pour l’eau chaude sanitaire.

mise en garde du professionnel

Cependant, notez qu’ils sont plus chers à l’achat et nécessitent un entretien plus soutenu.

Les poêles à bois canalisables

Les poêles à bois canalisables conviennent à ceux qui souhaitent chauffer plusieurs pièces mais ne disposent pas d’un grand espace ouvert. En effet, ce type d’installation permet de canaliser l’air chaud produit par le poêle pour le réorienter vers les pièces à chauffer.

Un poêle à bois pour chaque foyer

Parce que le design a lui aussi son importance, les modèles disponibles sur le marché se déclinent également pour vous laisser une grande liberté de choix quant à leur emplacement :

  • Modèles de poêles à bois encastrables
  • Modèles de poêles à bois d’angle
  • Modèles de poêles à bois suspendus
  • Etc.

Tout savoir sur le bois de chauffage

Bois de chauffage

Combien ça coûte ?

Le bois de chauffage est le combustible le moins cher du marché. Cependant, son prix moyen varie selon plusieurs facteurs :

  • La région dans laquelle vous habitez
  • Les essences de bois proposées
  • La taille des bûches
  • Le conditionnement (en vrac, en palette etc.)

Le prix du bois de chauffage se calcule au stère, qui est une unité de mesure (1 stère = 1 mètre cube), ou à la corde dans certaines régions (1 corde = 3 stères, sauf dans le Cantal et l’Alsace ou 1 corde = 4 stères). Ainsi, un stère de bûches de 50cm de mélange d’essences livré en vrac coûtera moins cher qu’un stère de bûches de 25cm de chêne en palette.

Difficile de donner un prix avec toutes ces variables. Cependant, le prix moyen national pour un stère de bûches de 50cm est d’environ 65€.

Où s’en procurer ?

Pour vous procurer du bois de chauffage, vous pouvez vous tourner vers les grandes enseignes de bricolage (Leroy Merlin, Brico Dépôt etc.) qui en proposent toutes, en principe. Sinon, vous pouvez également trouver un fournisseur de bois de chauffage proche de chez vous, qui pourra vous livrer à domicile. N’hésitez pas à en contacter plusieurs pour comparer leurs prix !

Astuce du professionnel

Si vous habitez à la campagne et que vous disposez d’arbres à couper, vous pouvez aussi faire votre bois de chauffage vous-même. Si les arbres ne sont pas sur votre propriété, vous devrez bien sûr avoir l’accord préalable du propriétaire.

La qualité du bois de chauffage

L’essence de bois que vous choisirez importe peu, bien qu’on utilise plus couramment des essences telles que le chêne, le hêtre etc. Ce qui importe est que votre bois soit bien sec, l’idéal étant d’atteindre un taux d’humidité de 10%.

Ne mettez jamais un bois trop humide dans votre poêle. Cela ralentirait la combustion, et encrasserait rapidement votre conduit d’évacuation qui pourrait rapidement se boucher, augmentant considérablement les risques d’incendie.

Combien consomme un poêle à bûches ?

La consommation de votre poêle à bois dépendra de nombreux facteurs tels que :

  • La région où vous habitez (climat, altitude etc.)
  • La taille de votre habitation
  • La qualité de votre isolation thermique
  • La température que vous souhaitez avoir dans votre logement
  • L’utilisation que vous en avez : chauffage d’appoint ou chauffage
  • principal
  • Les performances de base de votre poêle
  • Sa puissance
  • La qualité du bois que vous utiliserez
  • L’entretien régulier de votre installation
  • Etc.

En prenant tous ces facteurs en compte, une famille consommera en moyenne entre 6 et 8 stères de bois de chauffage par an. En fonction du prix du stère qui varie lui aussi, comptez en moyenne un budget allant d’environ 300 à 800€ par an pour votre chauffage, dans le cas bien sûr où vous utiliseriez votre poêle à bois comme chauffage principal.

Quel rendement espérer ?

Le rendement de votre poêle dépendra, entre autre, de ses bons réglages à l’installation, mais aussi, sans surprise, du modèle choisi. En moyenne, les poêles à bois actuellement proposés sur le marché ont des rendements qui ne descendent pas sous la barre des 70%, et peuvent atteindre jusqu’à 95% pour les plus performants.

Combien coûte l’achat et l’installation d’un poêle à bois ?

L’achat

Le prix d’un poêle à bois est extrêmement variable selon le modèle que vous choisissez. Pour un modèle classique en fonte, à simple foyer, les prix démarrent autour de 500€. Ils peuvent cependant atteindre les 20 000€ pour les poêles à bois de masse, souvent fabriqués sur mesure. Le prix de votre futur poêle à bûches dépendra donc réellement de votre projet.

Choisissez-le bien en fonction de l’utilisation que vous voulez en faire. Choisir un poêle trop puissant sera tout aussi contre-productif que choisir un poêle à la puissance trop faible, tant sur le plan financier que sur le plan des performances.

L’installation

Si vous faites appel à un professionnel, le coût de l’installation d’un poêle à bois varie en moyenne entre 500 et 1500€. Cette fourchette de prix comprend uniquement l’installation du poêle à proprement parler. Le prix peut augmenter si vous avez des travaux annexes à effectuer, tels que :

  • Le changement du revêtement de sol
  • La création ou la rénovation d’un conduit d’évacuation
  • La démolition d’une cheminée
  • L’installation d’un insert
  • La dépose de votre ancien poêle
  • Etc.

Les aides de l’Etat

Le label Flamme Verte

Pour prétendre au label Flamme Verte, les fabricants de poêles à bois doivent respecter un cahier des charges stricte. Ce label, créé en 2000 avec la participation de l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME), a pour but de favoriser les systèmes de chauffage au bois utilisant des technologies performantes, écologiques et économiques.

Astuce du professionnel

Pour bénéficier d’aides financières pour votre investissement dans l’achat et l’installation d’un poêle à bois, le modèle que vous choisirez devra disposer de ce label, car c’est l’un des critères d’éligibilité à ces aides

Parmi les dispositifs actuellement en vigueur, vous pouvez avoir accès :

  • A l’éco-prêt à taux 0
  • A la TVA réduite (5,5%)
  • A des aides locales : pour en savoir plus, renseignez-vous auprès de l’Agence Nationale de l’Habitat (ANAH), l’Agence Nationale de l’Information sur le Logement (ANIL), ou l’ADEME.
  • Chèque énergie

Comparatif avec les autres types de chauffage

Pour vous faire une idée globale des avantages et inconvénients d’un poêle à bois, voici un comparatif avec les autres principaux systèmes de chauffage existants :


Poêle à boisPoêle à granulésChauffage électriqueChauffage au gazChauffage au fioul
Coût d’installation€€€€€€€€€€€€€€€€
Coût sur le long terme€€€€€€€€€€€€€€
Performances, rendement++++++++++++++++++++++
Respect de l’environnement (émissions de CO2 fossile)
????

?????

???

??

?

Comment choisir son poêle à bois ?

Les critères à prendre en compte

Pour choisir le poêle à bûche idéal pour votre projet, il faut tenir compte de plusieurs critères essentiels.

Ce que vous comptez en faire

La première question à se poser, c’est pourquoi vous souhaitez un chauffage au bois ? Est-ce pour avoir un chauffage d’appoint ? Pour chauffer uniquement la pièce à vivre ? Pour installer un chauffage principal plus écologique et économique ?

De la réponse à cette question va dépendre, en grande partie, le choix du type de poêle qui vous convient. En effet, vous aurez besoin d’un modèle plus puissant pour un chauffage principal, avec un fonctionnement différent de celui que vous choisiriez pour un chauffage d’appoint, par exemple.

La configuration de votre maison

Faire un bilan sur votre habitation est également très important. Pour cela, posez-vous les questions suivantes :

  • Quelle surface je souhaite chauffer ? Quel volume (surface x hauteur sous plafond) ?
  • Est-ce qu’une cheminée ou un conduit est déjà installé ?
  • Combien de pièces devront être chauffées par le poêle à bois ?
  • Y a-t-il des étages ? Des cloisons, des portes ? Ou s’agit-il d’un espace ouvert ?
  • Quelle est la qualité de l’isolation thermique de ma maison ? Quand a-t-elle été faite pour la dernière fois ?
  • Est-ce que je dispose d’un espace suffisamment grand pour le poêle à bois et pour stocker des bûches ?
  • Quel matériaux se trouvent sur le sol et les murs de la pièce où se trouvera mon poêle ?
Astuce du professionnel

En plus de toutes ces questions, il faudra également tenir compte du budget dont vous disposez, ainsi que des aides financières dont vous pourriez éventuellement bénéficier (prêt bancaire, aides écologiques etc.).

Quelle puissance choisir ?

Choisir la bonne puissance pour votre poêle à bois est très important. Si vous choisissez un modèle à la puissance trop faible, vous n’obtiendrez pas les résultats voulus (température ambiante trop faible, consommation trop forte etc.).

A l’inverse, si vous choisissez un modèle trop puissant, il tournera à faible régime, ce qui n’est pas recommandé non plus, car cela entraînera une chute du rendement donc une augmentation de votre consommation, et un encrassement plus rapide des conduits.

La puissance que vous devez choisir se détermine tout d’abord en fonction de l’utilisation que vous souhaitez en faire (chauffage d’appoint, chauffage principal, chauffage d’une ou plusieurs pièces). Ensuite, elle se détermine selon le volume de la ou des pièces à chauffer, ainsi que de la qualité de votre isolation thermique.

En effet, moins votre isolation thermique est efficace, plus vous aurez besoin d’un chauffage à bûches puissant pour compenser, et plus votre consommation de bois sera élevée.

Voici comment calculer une première estimation de la puissance dont vous aurez besoin. On estime que dans une maison ayant une hauteur de plafond “standard” de 2,50m et qui possède une isolation thermique normale, on a besoin de 1 kW pour 10m². Ainsi, pour chauffer une pièce de 50m², vous aurez besoin d’un poêle à bois d’une puissance de 5 kW, par exemple.

Bien sûr, cette estimation sera amenée à être revue à la hausse ou à la baisse en fonction de la qualité de votre isolation, de votre hauteur sous plafond (qui modifierait le volume à chauffer), ainsi que les critères évoqués précédemment

Plus vous rassemblerez d’informations lors de votre phase de réflexion, plus vous pourrez réduire la liste de choix qui s’offrent à vous. Les modèles de poêles à bois sont nombreux, divers et variés, et plusieurs peuvent convenir à votre projet.

Sélection des meilleurs Poêles à Bois du marché

Pour vous donner un ordre d’idée, voici les modèles qui remportent le plus de succès actuellement auprès des consommateurs, et auprès des professionnels.

Le choix des consommateurs

Le poêle à bois Godin Cube


poèle bois Godin buches cube 65kw


On ne présente plus la marque Godin, connue depuis des décennies pour être la spécialiste des poêles à bois. Son modèle Cube offre un excellent rapport qualité/prix, idéal pour les petits budgets (moins de 700€).

Avec une puissance de 6,5 kW, le poêle à bois Godin Cube pourra chauffer une surface allant de 80 à 220m² selon la qualité de l’isolation thermique. Son design moderne et sobre en séduira également plus d’un.

Le choix des professionnels

Le poêle à bûches Invicta Oracle


Poèle à bois Oracle anthracite en fonte


Un poêle à bois design, robuste et performant, que demander de plus ? Sa forme verticale réduit son encombrement, et vous laisse un plus large choix quant à son futur emplacement.

D’une puissance de 14 kW, il peut chauffer des volumes allant jusqu’à 420m3. Labellisé Flamme Verte, et avec un rendement proche des 80%, c’est l’un des modèles les plus économiques du marché.

Notre coup de coeur

Le chauffage à bois Supra


Poèle à bois Supra noir rond


Nous avons personnellement eu un coup de coeur pour ce modèle, pour sa polyvalence et son bon rapport qualité/prix. D’une puissance de 10 kW, il peut accueillir des bûches allant jusqu’à 50cm de long (moins chères à l’achat).

Selon l’isolation, il peut chauffer des surfaces allant jusqu’à 200m², avec un rendement de 77%. Il fera aussi office de chauffe-plat pour votre plus grand bonheur, et dispose d’un espace range-bûche sous le foyer.

Robuste, il est également équipé d’un doublage en fonte à l’arrière pour plus de résistance, de grilles en fonte amovibles, et d’une protection thermique arrière intégrée pour une installation plus proche du mur .

L’installation d’un poêle à bois

Peut-on l’installer soi-même ?

Dans l’absolu, rien ne vous l’interdit. Cependant, à moins que vous ne soyez vous-même un installateur professionnel agréé, c’est vivement déconseillé ! L’installation d’un poêle à bûches nécessite des compétences spécifiques. La moindre erreur lors de la mise en place ou des réglages et c’est le risque d’incendie.

Par ailleurs, sans une installation par un professionnel spécialisé, votre assurance risque de refuser toute prise en charge en cas de problème. Ainsi, les économies réalisées de cette manière à court terme risquent de vous coûter bien plus cher sur le long terme.

Comment choisir un installateur professionnel ?

Notez que vous pouvez contacter un installateur professionnel avant même de choisir votre modèle de poêle à bois. Ce dernier a également un rôle de conseil et pourra vous aiguiller dans votre choix.

Pour trouver un bon installateur pour votre poêle, vous pouvez chercher des adresses sur internet ou dans les pages jaunes. Vous pouvez aussi demander au revendeur de votre chauffage à bois de vous conseiller un professionnel pour l’installation. Quels que soient vos moyens de recherche, voici quelques conseils pour ne pas avoir de mauvaise surprise :

  • Assurez-vous que l’installateur possède la certification Qualibois : pour obtenir ce label, l’installateur doit posséder certaines compétences spécifiques à l’installation de systèmes de chauffage au bois, ainsi que toutes les assurances nécessaires. Ce label est un gage de qualité et de fiabilité.
  • Vérifiez qu’il possède également le label RGE (Reconnu Garant de l’Environnement), autre certification de qualité qui est presque toujours exigée pour obtenir des aides financières pour votre installation
  • Demandez plusieurs devis, faites jouer la concurrence, et prenez le temps d’étudier tous ces devis en détail.

L’entretien d’un poêle à bois

Nettoyage poèle

Quand faire ramoner son poêle à bûches de bois ?

Que vous soyez propriétaire ou locataire, à partir du moment où votre logement dispose d’un système de chauffage au bois avec conduit de cheminée, il vous incombe d’en faire le ramonage, même s’il s’agit d’un chauffage d’appoint.

Le ramonage est obligatoire deux fois par an, dont une fois pendant la période d’utilisation, selon l’ordonnance de Police du 5 mai 1974. Autrement dit, une fois en hiver et une fois au printemps ou en été.

Concernant les prix, un ramonage coûte entre 40 et 80€ environ, en fonction de votre région et des tarifs pratiqués par le professionnel auquel vous faites appel.

Cette réglementation peut varier d’une commune à l’autre, renseignez-vous auprès de votre Mairie.

mise en garde du professionnel

Le non respect de cette réglementation peut vous valoir une amende pouvant aller jusqu’à 450€. De plus, en cas d’incendie, votre assurance peut refuser la prise en charge des dégâts.

Comment nettoyer un poêle à bois ?

La vitre

La vitre d’un poêle à bois peut-être difficile à nettoyer, surtout si vous y avez mis du bois humide qui a pu engendrer des dépôts de goudron. Même sans cela, les dépôts de suie ne s’enlèvent pas uniquement avec un chiffon mouillé.

Nettoyez toujours votre vitre à froid. Vous pouvez la nettoyer avec de l’eau chaude et un produit adapté, mais jamais quand la vitre est elle-même encore chaude (risques de brûlure, de choc thermique de la vitre au contact du produit froid etc.).

Astuce du professionnel

Pour nettoyer efficacement votre vitre, vous pouvez utiliser un produit acide comme le vinaigre blanc ou le jus de citron par exemple, qui feront fondre la suie. Les cristaux de soude fonctionnent également très bien, mélangés à de l’eau tiède ou chaude. Sinon, il existe sur le marché des produits spécialement conçus pour nettoyer les vitres d’insert de ce type. Les nettoyants pour fours seront également efficaces.

La fonte

Pour l’entretien régulier de la partie extérieure en fonte de votre poêle, lorsqu’elle n’est pas trop encrassée, un chiffon et du nettoyant pour four suffiront. Pour un nettoyage plus en profondeur, vous pouvez frotter la surface avec une brosse métallique puis de la laine d’acier, afin d’ôter toute trace de suie ou de rouille.

Protégez ensuite votre fonte en passant un chiffon imbibé d’huile de lin sur la surface préalablement nettoyée.

Les cendres

Veillez à vider régulièrement le bac à cendres, au minimum une fois par semaine, surtout lors de son usage le plus intensif, en hiver. Un bac à cendres trop plein réduira le tirage, donc le rendement de votre poêle à bois. De plus, cela encrasserait votre poêle plus rapidement, ce qui ferait aussi baisser ses performances.

FAQ

Je vis en appartement, est-ce que je peux installer un poêle à bois ?

Techniquement c’est tout à fait possible, dès lors que votre appartement est suffisamment grand pour accueillir votre poêle et stocker les bûches dont vous aurez besoin. Sinon, il est préférable d’opter pour un poêle à granulés, moins gourmand en place mais tout aussi écologique et performant.

Peut-on mettre des pellets dans un poêle à à bûches de bois ?

Uniquement dans un poêle à bois mixte, qui dispose d’un réservoir spécialement prévu à cet effet.

Comment allumer un poêle à bois ?

Voici les étapes pour un allumage réussi :

  • Ouvrez les arrivées d’air du poêle, le tirage doit être maximal.
  • Placez quelques bûches dans le foyer, que vous pouvez par exemple disposer en quinconce.
  • Au-dessus de ces bûches, disposez votre bois d’allumage.
  • Au-dessus du bois d’allumage, placez un ou deux allumes-feu.
  • Allumez l’allume-feu à l’aide d’une allumette ou d’un briquet.

Veillez à ce que le bois utilisé soit bien sec. La circulation de l’air étant primordiale surtout à l’allumage, veillez à laisser un espace d’au moins 1cm entre chaque bûche pour que l’air puisse bien circuler.

Est-ce que je peux faire le ramonage de mon poêle à bois moi-même ?

Non ! Le ramonage doit être effectué par un professionnel qualifié par l’OPQCB (Organisme professionnel de qualification et de classification du bâtiment). Ce dernier vous remettra un certificat à l’issu de chaque intervention de ramonage, que votre assureur (entre autre) sera susceptible de vous réclamer, même si vous n’avez pas été victime d’un incendie.

Les bûches de ramonage sont-elles efficaces ? Peuvent-elles remplacer un ramonage ?

On trouve des bûches de ramonage dans les grandes enseignes de bricolage pour une dizaine d’euros. Elles contiennent des substances chimiques censées nettoyer le conduit d’évacuation. Elles ne remplacent en aucun cas une intervention de ramonage qui restera obligatoire même avec un bon entretien de votre poêle à bûches.

ous pouvez éventuellement les utiliser entre deux ramonages, mais leur efficacité reste discutable, sans parler de la toxicité des produits qu’elles contiennent.

Comment bien isoler les murs ?

Si vous installez votre poêle à bois proche d’un mur, vous pouvez protéger ce dernier de la forte chaleur émise par votre poêle à l’aide d’une plaque de protection murale pour poêle. Ces plaques, généralement en acier, protègeront vos murs des rayonnements thermiques et des salissures, en plus d’ajouter une touche esthétique.

Quelle distance entre le poêle à bois et les meubles ?

Aucun matériel sensible à la chaleur et/ou inflammable ne doit se trouver à moins de :

  • 1 mètre de l’avant
  • 30 cm de l’arrière
  • 4 cm des côtés

Vous avez maintenant tous les éléments pour faire votre choix judicieusement et concrétiser votre projet d’installation d’un poêle à bois chez vous. N’hésitez pas à nous partager vos avis ou à poser vos questions en commentaire sous cet article !