Dernière mise à jour

Vous avez certainement déjà entendu parler du chauffe-eau solaire ou CESI. Mais connaissez-vous le système solaire combiné (SSC) ? La différence entre ces deux installations est que l’une permet de vous fournir de l’eau chaude sanitaire, tandis que l’autre vous permet, en plus, de chauffer votre maison.

Comment fonctionne un système solaire combiné ? Quels sont les différentes options possibles ? Comment en installer un chez soi ? A quel prix ? Petit tour d’horizon de cette solution à la fois polyvalente et écologique.

Pourquoi installer un système solaire combiné ?

Il existe aujourd’hui de nombreuses solutions différentes pour chauffer son logement et produire de l’eau chaude sanitaire. Alors pourquoi opter pour un système solaire combiné plutôt que tout autre système de chauffage ? Pour répondre à cette question, voyons les avantages et les inconvénients d’un tel système.

Avantages

Le principal avantage d’un SSC est qu’il fonctionne grâce à une source d’énergie gratuite et illimitée : le soleil ! Que vous soyez dans une démarche économique, écologique, ou les deux, ce système est l’une des meilleures solutions possibles pour faire des économies d’énergie et d’argent tout en agissant pour le bien-être de notre si fragile environnement.

En parlant d’économie d’énergie, un système solaire combiné peut vous faire économiser jusqu’à 70% sur vos factures de chauffage et d’eau chaude, le tout, encore une fois, en consommant une énergie propre et sans rejet de CO2.

L’autre avantage qui peut au départ être perçu comme un inconvénient concerne l’investissement. Mettre en place un système solaire combiné chez soi est un investissement non négligeable. Néanmoins, il est rapidement compensé et rentabilisé par plusieurs éléments :

  • Les aides de l’Etat qui vous permettront de faire considérablement baisser la facture d’entrée de jeu.
  • Les économies réalisées sur vos factures d’énergie qui rentabiliseront en quelques années seulement l’argent investi dans vos travaux.

Inconvénients

L’inconvénient principal est que dans beaucoup de cas (mais pas tous !), un SSC ne pourra pas couvrir 100% de vos besoins toute l’année. Sans surprise, c’est pendant la période hivernale, la moins ensoleillée, où vous devrez certainement faire appel à un chauffage complémentaire d’appoint pour compenser la baisse de performance de votre SSC.

Là encore, il vous sera possible d’opter pour un chauffage écologique et économique. De plus, vous pourrez également bénéficier des aides de l’Etat si vous ajoutez un système d’appoint, certaines d’entre-elles étant cumulables entre elles et cumulables sur plusieurs types de travaux différents.

Enfin, le dernier inconvénient est qu’un tel système ne peut pas être installé n’importe où. Votre habitation doit disposer de l’espace suffisant à l’extérieur pour la pose des panneaux solaires, et à l’intérieur pour l’installation du ballon d’eau chaude (beaucoup plus volumineux qu’un chauffe-eau classique) et d’un système de chauffage central ou de chauffage au sol.

Ses performances dépendent-elles du climat ?

Oui. Cependant, contrairement à certaines idées reçues, les performances d’un SSC ne dépendent pas de la température qu’il fait à l’extérieur mais bien de l’ensoleillement. Une journée à 0°C en hiver, s’il n’y a pas un seul nuage à l’horizon, permettra à votre SSC de produire de l’énergie solaire presque autant que lors d’une belle journée d’été.

Néanmoins, il est clair que toutes les régions de France ne sont pas égales face à une installation solaire quelle qu’elle soit. Les régions du Sud de la France verront de meilleures performances que celles du Nord. Cependant, l’écart reste relativement faible, et installer un SSC chez soi reste une opération intéressante et rentable où que vous habitiez !

Ce qu’il faut savoir avant d’acheter

Fonctionnement d’un système solaire combiné

Fonctionnement du système solaire combiné

Les panneaux solaires thermiques produisent de l’énergie qui sert à chauffer un circuit contenant un fluide caloporteur. Ce circuit arrive jusqu’au ballon d’eau chaude pour venir réchauffer l’eau qu’il contient. Ensuite, tout dépend du type d’installation choisie :

  • Le plancher solaire direct ou PSD : Dans cette configuration, le circuit caloporteur est intégré dans un plancher chauffant. C’est donc le fluide caloporteur qui va chauffer à la fois l’eau chaude sanitaire et votre maison.
  • L’hydro-accumulation : Dans ce cas, l’eau chaude contenue dans le ballon va servir à la fois à chauffer votre maison via un système de chauffage central, et à vous fournir en eau chaude sanitaire. Pour résumer les choses plus simplement, il s’agit d’un chauffe-eau solaire relié à un chauffage central.

Combien coûte un SSC ?

Le prix d’un système solaire combiné est relativement élevé, notamment parce qu’il s’agit d’un système complet de chauffage. Concrètement, il faut compter entre 13 000 et 18 000€ selon les installations.

Cependant, non seulement vous pourrez économiser jusqu’à 70% sur vos factures d’énergie, mais vous pourrez également bénéficier d’aides de l’Etat pour le financement de votre installation. Cette dernière sera donc rapidement rentabilisée.

Quelles performances peut-on en attendre ?

Les performances sont très difficiles à évaluer car elles dépendent de nombreux facteurs tels que :

  • Le taux d’ensoleillement de votre région.
  • La taille de votre installation.
  • La température de l’eau ou du fluide caloporteur dans votre chauffage central.
  • Le type d’installation choisi.
  • Etc.

Parmi les différents types d’installation possibles, les SSC avec pompe à chaleur font partie des plus performants. En effet, certaines pompes à chaleur peuvent avoir un COP supérieur à 4,5, ce qui signifie que pour 1 kW d’énergie consommée, elles produisent plus de 4,5 kW de chaleur.

Quel système complémentaire de chauffage choisir ?

système complémentaire de chauffage

Comme évoqué précédemment, mieux vaut prévoir un système secondaire comme la chaudière à granulés pour combler vos besoins pendant la période hivernale, même si vous n’y aurez sans doute recours que rarement. Dans l’absolu, n’importe quel système de chauffage conviendrait. Vous pourriez par exemple conserver le système déjà installé dans votre maison, et en faire un chauffage secondaire qui viendrait compléter votre SSC.

Néanmoins, l’idée étant de faire un maximum d’économies d’énergie et d’argent, voici quelques idées pour que votre chauffage réponde à tous vos besoins, toute l’année, tout en restant propre et économique.

La pompe à chaleur

Il est possible de coupler votre système solaire combiné avec une pompe à chaleur afin de régler ce problème de manque de soleil hivernal. Dans ce cas, la pompe à chaleur prend le relai lorsque les panneaux solaires ne produisent plus suffisamment d’énergie.

Elle récupère la chaleur présente dans l’air ambiant qui est ensuite transmise au système hydraulique (fluide caloporteur) afin de chauffer l’eau chaude sanitaire (ECS) et votre circuit de chauffage central, un peu comme le ferait un chauffe-eau thermodynamique.

Les pompes à chaleur présentent l’avantage d’une part d’offrir des rendements élevés, et d’autre part de très bien fonctionner en hiver, même avec des températures négatives. C’est la solution la plus astucieuse et finalement la plus logique, puisqu’elle règle tout simplement le problème.

Astuce du professionnel

En optant pour un SSC équipé d’une pompe à chaleur, vous n’aurez tout simplement plus besoin de songer à un second système d’appoint.

Le poêle à granulés

Installer un poêle à granulés est également une solution écologique et économique pour vous chauffer l’hiver. Ce type de poêle offre des performances élevées car ils sont optimisés pour que la perte de chaleur soit quasi-nulle. Il possède aussi de nombreux autres avantages :

  • Il ne rejette aucune fumée (uniquement des gaz).
  • Il peut s’installer dans n’importe quel type d’habitation.
  • Les granulés ou pellets sont peu coûteux et fabriqués à partir de chutes de bois recyclées.
  • Il est autonome et programmable.
  • Son achat et son installation sont éligibles aux aides de l’Etat relatives à la transition énergétique.

Le poêle à bois

Le poêle à bois est également une solution à la fois économique et écologique qui serait un excellent chauffage d’appoint. Il fonctionne sur le même principe qu’un poêle à pellets, sauf qu’il consomme des bûches de bois et non des granulés. Certains modèles sont « hybrides » et permettent de consommer des bûches ou des granulés.

Les modèles actuels, par ailleurs, ne sont plus les mêmes que ceux de nos grands-parents. Ils offrent désormais des rendements élevés et sont plus autonomes. Notez que le bois est le combustible le moins cher du marché, ce qui viendrait s’ajouter aux économies que vous réaliseriez avec un système solaire combiné.

Transition énergétique : les aides de l’Etat

Tous les types de travaux visant à améliorer votre habitation en réalisant des économies d’énergie et/ou en mettant en place des installations faisant appel aux énergies renouvelables peuvent bénéficier, sous certaines conditions, d’une ou plusieurs aides de l’Etat.

Etant donné que de tels travaux représentent le plus souvent un investissement financier conséquent, ces aides peuvent être précieuses et réduire votre facture finale de beaucoup.

Le crédit d’impôt 2019

Le crédit d’impôt transition énergétique ou CITE vous accorde un crédit d’impôt de 30%. Ce pourcentage est appliqué au montant total de vos travaux d’installation d’un SSC. Pour en bénéficier, il faut répondre à certains critères d’éligibilité.

La première bonne nouvelle, c’est que vos ressources n’en font pas partie. La seconde bonne nouvelle est qu’il est cumulable avec l’éco-prêt à taux zéro. Vous pouvez ainsi prétendre au CITE 2019 si :

  • Votre logement est votre résidence principale et a été construit depuis plus de 2 ans.
  • Les travaux pour lesquels vous souhaitez un crédit d’impôt, et leurs dépenses, ont été ou seront réalisés avant le 31 décembre 2019 inclus.
  • Les travaux ont été réalisés par une ou plusieurs entreprises possédant la certification RGE (Reconnu Garant de l’Environnement).

Si le CITE n’est pas soumis à des conditions de ressources, il est en revanche plafonné. Ainsi, les plafonds sont de 8000€ pour une personne seule et 16000€ pour un couple. À ces montants s’ajoutent 400€ par personne à charge.

mise en garde du professionnel

Par ailleurs, notez que ces plafonds s’appliquent sur les dépenses éligibles effectuées sur les 5 dernières années, soit de 2015 à 2019.

L’ANAH

L’agence nationale de l’habitat, ou ANAH, propose plusieurs aides et subventions différentes en fonction du type de travaux que vous réalisez. L’aide “Habiter Mieux”, par exemple, concerne tous les travaux de rénovation énergétique qui permettent un gain d’au moins 25% sur votre consommation.

N’hésitez pas à les contacter pour qu’ils puissent déterminer si vous êtes éligible à l’une de leurs subventions en fonction de la nature et du contenu de votre projet.

La TVA à taux réduit

Les systèmes solaires combinés sont également éligibles à la TVA au taux réduit de 5,5% au lieu de 20%. Les conditions d’éligibilité sont les suivantes :

  • Le logement doit avoir été construit et terminé depuis au moins 2 ans.
  • La TVA à taux réduit ne s’applique que si vous avez fait installer votre SSC par un professionnel certifié RGE. Idem pour le matériel, si vous passez par un professionnel RGE pour l’acheter, vous pourrez demander une TVA réduite, la facture faisant foi.
  • Le logement concerné peut être une résidence principale ou secondaire. Cependant, les locaux concernés par l’installation doivent obligatoirement être affectés à ce logement.

L’éco-prêt à taux 0

L’éco-prêt à taux zéro est un prêt classique accordé par votre banque. Il est dit « à taux zéro » parce que c’est l’Etat qui prend en charge les intérêts. La grande majorité des banques françaises proposent le prêt à taux zéro à ses clients. Cependant, renseignez-vous auprès de votre établissement bancaire afin de vérifier qu’il le pratique. Pour pouvoir prétendre à l’éco-prêt à taux zéro, il faut :

  • Être propriétaire occupant, bailleur ou copropriétaire du logement concerné.
  • Vos travaux doivent impérativement être réalisés par un professionnel certifié RGE.
  • Le montant du prêt est de 10 000€ par catégorie de travaux, dans la limite de 30 000€ pour 3 bouquets de travaux différents donc cumulables.
  • L’éco-prêt à taux zéro a été prolongé jusqu’au 31 décembre 2021.
Astuce du professionnel

Nouveauté : Depuis le 1er janvier 2019, l’éligibilité pour l’éco-prêt à taux zéro a été étendue à tous les logements achevés depuis 2 ans ou plus, alors qu’il était auparavant réservé aux logements construits avant 1990.

L’installation

Installation du système solaire combiné

Beaucoup se posent sans doute la question suivante : peut-on installer un système solaire combiné soi-même ? L’installation d’un tel système est assez complexe, bien que son fonctionnement soit simple.

Elle nécessite des travaux importants à plusieurs niveaux : installation des panneaux solaires thermiques, du système hydraulique, du ballon d’eau chaude, de la pompe à chaleur s’il y en a une, installation ou adaptation du chauffage central etc. De plus, installer un SSC soi-même n’est pas rentable pour plusieurs raisons :

  • Une mauvaise installation et/ou de mauvais réglages pourraient vous coûter plus cher en énergie sur le long terme, pour des performances mauvaises car non optimisées.
  • Vous ne pourriez bénéficier d’aucune aide de l’Etat qui exigent toutes l’installation de votre SSC par un professionnel certifié RGE. Ainsi, la facture totale risquerait fort de vous revenir plus chère, car les aides et subventions auxquelles vous pourriez prétendre sont à coup sûr plus élevées que les économies que vous pourriez réaliser sur l’installation.
  • Enfin, installer un SSC soi-même est une mauvaise idée pour des raisons évidentes de sécurité et de garantie.

L’entretien

L’entretien, tout comme l’installation, nécessite les compétences d’un professionnel. Les tâches relatives à l’entretien et la maintenance de votre installation ne peuvent pas être effectuées par vous-même.

Il faut notamment contrôler les organes de sécurité une fois par an, ainsi que le niveau d’antigel (glycol) présent dans les panneaux solaires. Un niveau trop bas pourrait en effet mettre votre installation en mode « sécurité » pour éviter tout risque de surchauffe.

Ensuite, environ tous les 5 ans, il faudra contrôler et vidanger votre chauffage central ou votre plancher chauffant. Sans cela, l’eau qui circule dans les circuits de votre chauffage va se détériorer avec le temps, prenant un aspect « boueux », du fait de l’absence d’oxygène. Cela détériore les échanges thermiques et donc les performances de votre chauffage.

mise en garde du professionnel

L’entretien d’un système solaire combiné n’est pas contraignant, mais doit être effectué par un professionnel compétent. Cela entraîne un coût supplémentaire plutôt négligeable, surtout comparé aux économies qu’une telle installation vous permettra de réaliser sur le long terme.

FAQ

J’ai un chauffe-eau solaire, puis-je le brancher à un chauffage central ?

Oui et non. En réalité, techniquement c’est possible, mais la taille et la puissance de votre chauffe-eau solaire sera forcément insuffisante pour assurer le chauffage de votre habitation. Pour le stockage de l’eau, par exemple, il faut envisager au minimum un ballon d’eau chaude de 700 litres. Il faudra probablement aussi augmenter le nombre et la surface de vos panneaux solaires thermiques.

Les panneaux solaires thermiques doivent-ils obligatoirement être posés sur le toit ?

Non, pas forcément. Les critères à prendre en compte pour vos panneaux solaires sont l’orientation et l’inclinaison, pas l’altitude. Vous pouvez tout à fait installer vos panneaux au sol, sur une structure permettant de leur donner la bonne inclinaison et la bonne orientation.

Quelle surface minimum est nécessaire pour les panneaux solaires ?

Etant donné qu’un système solaire combiné gère à la fois le chauffage de votre eau chaude sanitaire et le chauffage de votre maison, la surface nécessaire pour vos panneaux solaires thermiques est supérieure à celle que vous devriez envisager pour un chauffe-eau solaire classique. Ainsi, la surface recommandée est au minimum de 12 m², mais elle peut être revue à la hausse selon la taille de votre installation et vos besoins en chauffage.

Simple de par son fonctionnement, économique, écologique, astucieux et polyvalent, le système solaire combiné n’a que des qualités. C’est l’une des meilleures solutions pour chauffer votre maison et avoir de l’eau chaude de manière propre, écoresponsable, et sans vous ruiner en factures d’énergie.

N’hésitez pas à nous écrire un commentaire sous cet article si vous avez des questions, que vous souhaitez nous donner votre avis ou partager votre expérience.