Dernière mise à jour

Bien plus économique et écologique que ses cousines au gaz ou au fioul, la chaudière à granulés gagne ses lettres de noblesse dans les foyers français. Si vous envisagez d’en installer une afin de chauffer votre habitat mais que vous êtes totalement perdu, notre guide complet est fait pour vous.

Voici tout ce qu’il y a à savoir sur les chaudières à pellets : prix, fonctionnement, consommation, performances, installation, entretien et plus encore.

Avant l’installation : Tout savoir sur la chaudière à granulés de bois

Avant d’envisager d’investir dans un nouveau système de chauffage, il est essentiel de bien se renseigner et d’avoir un maximum d’informations pour faire le bon choix.

Pourquoi opter pour une chaudière à pellet ?

Utiliser une chaudière à granulés de bois pour chauffer votre maison et/ou votre eau chaude sanitaire offre plusieurs avantages :

  • C’est performant : Les granulés de bois ou pellets sont un combustible extrêmement performant. Ils permettent une combustion quasi-parfaite pour un rendement dépassant les 90%.
  • L’investissement est rapidement rentabilisé : Avec une chaudière à granulés, vous allez réaliser des économies d’énergie, donc des économies sur votre facture de chauffage. De plus, ce type d’installation est éligible aux aides de l’Etat relatives à la transition énergétique, ce qui fera sensiblement baisser votre facture d’achat et d’installation.
  • C’est économique : Le combustible utilisé, à savoir les granulés de bois ou pellets, est le moins cher du marché. Se chauffer avec une chaudière à granulés peut ainsi vous faire économiser jusqu’à 30% sur vos factures de chauffage et d’eau chaude sanitaire.
  • C’est écologique : Les granulés sont issus de chutes de bois recyclées. De plus, leur combustion a une émission de CO2 très faible, compensée par ailleurs par le CO2 absorbé par les arbres au cours de leur croissance. Ainsi, pour 1 kW de chaleur, la combustion de granulés émet environ 33 g de CO2 en moyenne, contre 180 g pour l’électricité et plus de 220 g pour les autres combustibles.
  • Ça dure longtemps : La durée de vie moyenne d’une chaudière à granulés de bois est de 20 ans. C’est donc un investissement qui s’envisage sur le long terme, mais vous aurez le temps de le rentabiliser, et les économies se feront elles aussi sur le long terme.
Astuce du professionnel

Notez qu’actuellement en France, pour chaque arbre coupé, un arbre est planté. De ce fait, le bois peut être considéré comme étant une énergie renouvelable.

Parce que malheureusement aucun système de chauffage n’est réellement parfait à 100%, la chaudière à granulés possède aussi certains inconvénients :

  • C’est encombrant : Ces chaudières sont équipées d’un réservoir ou silo à granulés, pour qu’elles puissent être autonome et que vous n’ayez pas à les recharger toutes les heures. Certaines possèdent un réservoir interne, tandis que d’autres sont équipées d’un silo externe. Dans les deux cas, l’installation reste volumineuse. Elle ne peut donc pas être mise en place dans tous les types d’habitation, car il faut avoir un emplacement suffisamment grand pour l’accueillir. Il faut également pouvoir installer une arrivée d’air et une fumisterie au-dessus du faîtage de toit.
  • C’est un investissement important : Installer une chaudière à pellets pour gérer le chauffage de votre maison et de votre eau sanitaire représente un budget conséquent. Cependant, cet inconvénient est rapidement atténué par les économies réalisées sur le long terme d’une part, et les économies réalisées immédiatement grâce aux aides de l’Etat. Il vous faudra une dizaine d’année au maximum pour rentabiliser totalement votre investissement.

Fonctionnement

Le fonctionnement d’une chaudière à granulés n’est pas très éloigné de celui d’une chaudière classique. Ce qui change surtout, c’est le combustible utilisé (ici des granulés de bois), ce qui évidemment entraîne l’utilisation d’une technologie différente. Cependant, le fonctionnement en lui-même reste le même, c’est-à-dire :

Les granulés de bois arrivent du silo dans le foyer pour y être brûlés. La chaleur produite est transmise à un fluide caloporteur. Ce fluide va ensuite circuler dans tout le circuit mis en place, pour chauffer les radiateurs de votre logement, ainsi que l’eau chaude sanitaire si vous avez opté pour cette option dans votre installation.

Technologies

Comme vous vous en doutez, il existe plusieurs types de chaudières à granulés, disposant de technologies et d’équipements différents. Voici les principales variantes à retenir.

La chaudière à granulés de bois à condensation

Ce type de chaudière à pellets récupère la vapeur d’eau émise par la combustion des granulés via un processus de condensation (d’où son nom). Equipée d’un échangeur thermique, elle réutilise cette vapeur d’eau pour chauffer votre eau sanitaire. Grâce à ce système, le rendement passe de 90 à plus de 100% !

mise en garde du professionnel

Attention toutefois, si vous souhaitez opter pour ce type de chaudière, sachez qu’il vous faudra également un circuit de chauffage central basse température, c’est-à-dire fonctionnant avec une eau chauffée en moyenne entre 45 et 50 °C.

Cela nécessite des équipements spécifiques (plancher chauffant, radiateurs basse température etc.) qui peuvent rapidement faire grimper la facture si vous n’en êtes pas déjà équipé.

La chaudière à granulés de bois automatique ou semi-automatique

Sur le marché, vous aurez le choix entre des chaudières à rechargement manuel, semi-automatique ou automatique. Les modèles à rechargement automatique disposent d’un silo à granulés muni d’un mécanisme qui remplit la chaudière dès que nécessaire.

Cela rend votre installation bien plus autonome. En revanche, l’inconvénient est que plus vous voudrez une autonomie longue, plus le silo à granulés devra être volumineux, donc plus il prendra de place.

Le silo à granulés à vis sans fin

C’est un système mécanique de vis sans fin qui alimente votre chaudière en granulés dès que c’est nécessaire. Moins coûteux qu’un silo à transfert pneumatique, il comporte toutefois une contrainte : Il faut obligatoirement le positionner à côté de la chaudière.

Le choix de ce type de silo est donc pertinent soit si vous avez la place nécessaire, soit si vous n’avez pas besoin d’une grande autonomie, donc que vous pouvez opter pour un petit modèle.

Le silo à granulés à transfert pneumatique

Plus cher à l’achat mais plus sophistiqué, ce type de silo est recommandé pour ceux qui ont des besoins importants, donc besoin d’une chaudière puissante, ou qui souhaitent une installation ayant une grande autonomie.

L’avantage de ce système est qu’il est possible d’installer le silo à un emplacement éloigné de la chaudière, comme par exemple à l’extérieur de la maison, ou encore dans une dépendance spécialement réservée à cet effet. Avec certains modèles, on peut aller jusqu’à 20 mètres de distance.

Le ballon tampon

Un ballon tampon est une réserve d’eau chaude située dans un compartiment totalement isolé, dont le rôle est d’emmagasiner une partie de la chaleur produite par votre chaudière afin de la restituer plus tard dans le circuit de chauffage. Certaines chaudières à granulés possèdent un ballon tampon intégré. Sinon, il est également possible d’en ajouter un lors de l’installation.

Consommation d’une chaudière à pellets de bois

Concernant la consommation d’une chaudière à granulés, il faut tenir compte de deux consommations d’énergie différentes : le combustible (granulés) et l’électricité.

La consommation en granulés dépend fortement de vos besoins, ainsi que de l’isolation de votre habitation. Pour avoir une estimation précise, mieux vaut effectuer un étude thermique complète de votre logement. Cette étude déterminera une consommation estimée en kWh/an. Ensuite, le calcul est le suivant : Surface à chauffer x consommation annuelle / 5.

Par exemple : Pour une maison de 200 m² qui a une consommation énergétique de 100 kWh/an >> (200 x 100) / 5 = 20 000/5 = 4 000 kg de granulés par an, soit 4 tonnes. Ce chiffre peut paraître élevé, mais il est à mettre en perspective avec les prix pratiqués par votre fournisseur de granulés, à comparer avec votre facture actuelle de chauffage et d’eau chaude sanitaire.

Concernant la consommation électrique, elle dépend là aussi de la puissance de votre chaudière, donc de vos besoins thermiques. En moyenne, une chaudière à granulés consomme environ 300 W à l’allumage, puis entre 30 et 100 W en fonctionnement courant. Cela correspond à un coût moyen annuel d’environ 50 euros.

Rendement

Du fait d’une bonne maîtrise du processus de combustion et des échanges thermiques qui s’en suivent, les performances des chaudières à granulés sont globalement très élevées, avec des moyennes au-dessus de 90% de rendement. Certains modèles plus sophistiqués comme par exemple les modèles à condensation peuvent aisément dépasser les 100%. Cela signifie que pour 1 kW d’énergie consommée, plus d’1 kW de chaleur sera produite.

Prix d’une chaudière à granulés

La fourchette de prix est très large pour une chaudière à granulés. Elle dépend de plusieurs facteurs, notamment au niveau des équipements :

  • Chargement automatique ou manuel
  • Equipements de régulation thermique
  • Présence ou non d’un ballon tampon
  • Taille du silo à granulés
  • Puissance de la chaudière etc.

Ainsi, le prix peut aller de 5000€ pour un modèle d’entrée de gamme à plus de 18 000€ pour les modèles les plus puissants et les plus perfectionnés.

Prix des granulés de bois

Le prix des granulés dépend d’une part du fournisseur auquel vous faites appel (et de la région dans laquelle vous habitez), et d’autre part du conditionnement choisi. Voici un tableau comparatif des prix moyens pratiqués actuellement :

Sacs de 15 kg 1 palette d’environ 65 sacsDe 280 à 350 € livraison incluse
Sac de 15 kg Vendu à l’unité, 
en libre-service
4 à 5 €
En vrac Prix à la tonneDe 250 à 310 € livraison incluse

Comment choisir la meilleure chaudière à pellets ?

Choix de la chaudière à granulé

Voici les critères à prendre en considération afin de choisir la chaudière à granulés qui s’intègrera le mieux à votre habitation et réalisera ainsi des performances optimales.

Faites un bilan complet de votre habitation

Le mieux est de faire réaliser une étude thermique complète de votre maison par une entreprise spécialisée. Lorsque ce n’est pas possible, vous pouvez également estimer vous-même vos besoins en chauffage, notamment en étudiant votre consommation actuelle, même s’il s’agit d’un système de chauffage totalement différent.

Dans ce cas, demandez conseil à votre installateur professionnel qui saura vous orienter vers la chaudière la plus adaptée, en vous munissant des informations suivantes :

  • Surface à chauffer, et volume à chauffer si possible.
  • Consommation actuelle de chauffage.
  • Consommation actuelle d’eau chaude sanitaire.
  • Equipements actuellement installés dans votre habitation.
  • Informations sur l’isolation de votre maison (date des derniers travaux, norme RT2012 etc.).
  • Toute autre information que vous jugerez utile.

Choisissez la bonne puissance

Choisir la bonne puissance est très important. Une puissance trop élevée ou au contraire trop faible aura dans les deux cas des conséquences négatives sur les performances de votre chaudière, son usure, ainsi que votre consommation de granulés et d’électricité. Là encore, c’est votre installateur professionnel qui sera le plus à même de déterminer de quelle puissance vous avez besoin dans votre maison.

Cependant, voici un tableau indicatif des besoins moyens d’une habitation, en fonction de sa surface, de son isolation, et en prenant pour l’exemple une hauteur sous plafond standard de 2,50 mètres (donnée importante pour le calcul du volume à chauffer) :

100 m² 150 m² 200 m² 250 m²
Mauvaise isolation 12.5 kW 19 kW 25 kW 30 kW
Isolation moyenne 10 kW 15 kW 20 kW 25 kW
Bonne isolation 8.5 kW 13 kW 17.5 kW 22 kW
Logement neuf 5 kW 7.5 kW 10 kW 12,5 kW

Avec ou sans ballon tampon ?

Tout dépend du modèle de chaudière que vous avez choisi, de l’utilisation que vous en aurez etc. Concrètement, un ballon tampon permet d’éviter des chocs thermiques trop fréquents liés aux cycles de marche/arrêt de la chaudière. En effet, des allumages trop fréquents sur des cycles trop courts ont tendance à abîmer la chaudière, l’encrasser, entraîner le rejet de fumées polluantes etc.

Si un ballon tampon vous permettra d’améliorer le rendement global de votre installation tout en la préservant d’une usure prématurée, il n’est pas non plus nécessaire dans tous les cas de figure. Ainsi, ajouter un ballon tampon à votre système sera inutile si :

  • Votre chaudière a été bien calibrée en puissance, et n’a notamment pas été surdimensionnée.
  • Le volume d’eau de son corps de chauffe est déjà important (au moins 50 litres).
  • Le brûleur de votre chaudière est de type « volcan », car ce type de brûleur permet de moduler la puissance de combustion.
Astuce du professionnel

Votre installateur reste la personne la plus à-même de déterminer si oui ou non l’ajout d’un ballon tampon est pertinent pour votre installation. N’hésitez pas à lui demander conseil sur ce point important !

Notre coup de cœur

Pour vous donner une idée de ce qui se fait sur le marché, nous avons sélectionné une chaudière à granulés.

Chaudière à granulés RAVELLI gamme Hydro 17 kW


Chaudière à Granulés Ravelli Gamme Hydro


Elle peut subvenir aux besoins en chauffage et en eau chaude sanitaire d’une maison de 150 m², et répondra aux besoins d’une famille de 3 à 4 personnes sans problème. Voici ses principales caractéristiques :

  • Dimensions : Hauteur x Largeur x Profondeur = 59,5 x 130 x 80,8 cm.
  • Peut être couplée avec un ballon tampon.
  • Vannes à papillon anti-souffle.
  • Sortie de fumée supérieure.
  • Diamètre de fumisterie (tuyau de sortie des fumées) : 100 mm
  • Capacité du réservoir à granulés : 48 kg
  • Autonomie maximum : 53 heures

Installation de votre chaudière à granulés

L’installer soi-même

L’installation d’une chaudière à granulés est relativement « simple » en soi, bien que cela nécessite tout de même des compétences particulières. Cette installation se complique si vous devez aussi installer un circuit de chauffage central, si vous n’en avez pas déjà un qui soit adaptable notamment.

Par ailleurs, si vous faites votre installation vous-même, votre assurance peut refuser toute prise en charge en cas de problème ou d’incident.

Enfin, vous ne pourrez pas bénéficier des aides de l’Etat, ce qui pourrait vous faire perdre plus d’argent que ce que vous économiseriez sur votre installation. Pour toutes ces raisons, il est vivement préférable et conseillé de faire appel à un installateur spécialisé.

Faire appel à un installateur

Opter pour les services d’un professionnel vous fera bénéficier des avantages suivants :

  • Cela rendra votre projet éligible aux aides de l’Etat, si le professionnel choisi est certifié RGE.
  • Votre installation sera garantie, de qualité, et les réglages de votre installation seront fait de sorte à optimiser ses performances.
  • L’entretien et la maintenance pourront être effectués par ce même professionnel, qui pourra également en garantir la qualité.

Le prix moyen de la main d’œuvre pour l’installation d’un système complet de chaudière à granulés tourne autour de 3500€, mais ce prix est à réévaluer au cas par cas. Il variera en fonction de la taille de votre installation, de sa complexité, de la présence ou non d’un système de chauffage existant etc.

L’entretien de votre chaudière à granulés

Entretien de la chaudière à granulé

L’entretien d’une chaudière à granulés de bois n’est pas une opération anodine et doit impérativement être effectuée de manière régulière par un professionnel spécialisé, et ce pour des raisons législatives d’une part (c’est obligatoire), et pour des raisons évidentes de sécurité d’autre part. Ainsi, la loi impose trois types de contrôles différents à effectuer à des intervalles différents :

  • Entretien des générateurs de chaleur : Cet entretien est à faire une fois par an. Au cours de cette opération, votre installateur nettoiera intégralement l’intérieur de votre chaudière, et effectuera un contrôle des organes de sécurité. Il mesurera également la combustion, et pourra éventuellement à cette occasion vous conseiller sur la bonne utilisation de votre chaudière.
  • Les ramonages : Ils sont primordiaux pour éviter tout risque d’incendie. La loi en impose deux par an, dont un à faire pendant la saison de chauffe.
  • La visite de contrôle obligatoire : plus complet que la visite d’entretien annuel, elle est à effectuer tous les deux ans (articles R.224-41-4 à R.224-41-9 du code de l’environnement) sous peine de devoir payer une amende pouvant aller jusqu’à 1500€. Lors de cette visite, le professionnel vérifiera le rendement de votre chaudière, le bon fonctionnement et la présence d’appareils de contrôle et de mesure, ainsi que l’état de votre circuit de chauffage.

Ces entretiens peuvent sembler contraignants, mais ils sont essentiels. Les appareils de combustion de bois doivent être contrôlés et nettoyés régulièrement. Ils s’encrassent plus vite et plus facilement que les autres systèmes de chauffage, et le fonctionnement doit être optimal en permanence pour assurer la sécurité de votre foyer.

Faites baisser la facture grâce aux aides de l’Etat

Les aides de l’Etat relatives à la transition énergétique concernent tous les travaux visant à améliorer votre consommation d’énergie et réduire votre emprunte carbone.

Cela concerne notamment toutes les installations utilisant des énergies renouvelables, mais aussi les travaux d’amélioration de l’isolation de votre logement, ou encore les travaux réduisant votre consommation d’énergie par l’installation de systèmes plus performants.

Chaque aide ou subvention comporte certaines conditions d’éligibilité. Celles qui reviennent le plus souvent concernent également des labels de qualité et des certifications qui garantissent la qualité et les performances de votre installation.

Petit tour d’horizon de tout ce que vous devez connaître afin d’investir dans une chaudière à granulés performante, de qualité, avec une installation optimale et garantie, le tout en faisant baisser la facture grâce aux aides de l’Etat.

Le label Flamme Verte

Le label Flamme Verte est un label de qualité répondant à des critères très strictes, qui ont en plus été revus à la hausse depuis 2018. Ce label, créé en 2000 avec la participation de l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME), a pour but de favoriser les systèmes de chauffage au bois utilisant des technologies performantes, écologiques et économiques.

Pour obtenir ce label, les fabricants doivent soumettre leurs appareils à un contrôle qualité qui va mesurer les performances globales de l’appareil testé et prendre notamment en compte les éléments suivants :

  • Le rendement énergétique
  • Les émissions de monoxyde de carbone
  • Les émissions de particules fines
  • Les composés organiques volatiles

Les appareils ainsi testés sont ensuite notés et obtiendront un certain nombre d’étoiles, un peu comme pour les hôtels. Depuis le 1er janvier 2018, pour que le label Flamme Verte soit validé et attribué au produit testé, il faut qu’il ait atteint une note d’au moins 6 ou 7 flammes (contre 4 ou 5 en 2012).

Astuce du professionnel

En choisissant une chaudière bénéficiant de ce label, vous pourrez être éligible pour obtenir plusieurs aides régionales et gouvernementales.

La certification RGE

La certification ou norme RGE (Certifié Garant de l’Environnement) concerne les professionnels chargés d’installer votre future chaudière à granulés. En d’autres termes, pour pouvoir bénéficier d’aides de l’Etat quelle qu’elles soient afin de faire baisser votre facture finale, vous devez faire installer votre chaudière par un professionnel certifié RGE.

Pour obtenir cette certification, votre artisan installateur a suivi une formation pour le sensibiliser à l’aspect écologique et développement durable des nouveaux systèmes énergétiques en vigueur. Il est ainsi spécialisé dans les installations conformes aux réglementations sur la transition énergétique.

En choisissant un professionnel certifié RGE, vous obtiendrez ainsi :

  • Toutes les aides et subventions auxquelles votre projet sera éligible.
  • La garantie d’une installation de qualité et de réglages optimaux pour un rendement maximal.
  • La possibilité d’opter pour un contrat de maintenance pour un entretien régulier, lui aussi garanti, de votre installation.

Le crédit d’impôt 2019

Le crédit d’impôt pour la transition énergétique ou CITE vous permet d’obtenir un crédit d’impôt de 30%. Ce crédit d’impôt est calculé sur le montant total de vos travaux d’installation. Sans conditions de ressources et cumulable avec d’autres aides telles que l’éco-PTZ, voici les conditions nécessaires pour en bénéficier :

  • Votre logement doit être votre résidence principale et doit avoir été construit depuis plus de 2 ans.
  • Les travaux pour lesquels vous souhaitez un crédit d’impôt, et leurs dépenses, doivent être réalisés avant le 31 décembre 2019 inclus.
  • Les travaux doivent être effectués par une ou plusieurs entreprises possédant toutes la certification RGE (Reconnu Garant de l’Environnement).
  • Le CITE est limité à un plafond de 8000€ pour une personne seule et 16000€ pour un couple. À ces montants s’ajoutent 400€ par personne à charge. Par ailleurs, notez que ces plafonds s’appliquent sur les dépenses éligibles effectuées sur les 5 dernières années, soit de 2015 à 2019.

L’ANAH

L’agence nationale de l’habitat, ou ANAH, propose plusieurs aides et subventions différentes en fonction du type de travaux que vous réalisez. L’aide “Habiter Mieux”, par exemple, concerne tous les travaux de rénovation énergétique qui permettent un gain d’au moins 25% sur votre consommation.

N’hésitez pas à les contacter pour qu’ils puissent déterminer si vous êtes éligible à l’une de leurs subventions en fonction de la nature et du contenu de votre projet.

La TVA à taux réduit

Les chaudières à granulés sont également éligibles à la TVA au taux réduit de 5,5% au lieu de 20%. Les conditions d’éligibilité sont les suivantes :

  • Le logement doit avoir été construit et terminé depuis au moins 2 ans.
  • La TVA à taux réduit ne s’applique que si vous avez fait installer votre chaudière par un professionnel certifié RGE. Idem pour le matériel, si vous passez par un professionnel RGE pour l’acheter, vous pourrez demander une TVA réduite, la facture faisant foi.
  • Le logement concerné peut être une résidence principale ou secondaire. Cependant, les locaux concernés par l’installation doivent obligatoirement être affectés à ce logement.

L’éco-prêt à taux 0

L’éco-prêt à taux zéro est un prêt classique accordé par votre banque, où l’Etat se charge de payer les intérêts. Pour pouvoir obtenir un éco-PTZ pour votre projet, il faut :

  • Être propriétaire occupant, bailleur ou copropriétaire du logement concerné.
  • Faire réaliser vos travaux par un professionnel certifié RGE.

Le montant du prêt est de 10 000€ par catégorie de travaux, dans la limite de 30 000€ pour 3 bouquets de travaux différents donc cumulables. Bonne nouvelle, l’éco-prêt à taux zéro a été prolongé jusqu’au 31 décembre 2021.

Astuce du professionnel

Nouveauté : Depuis le 1er janvier 2019, l’éligibilité pour l’éco-prêt à taux zéro a été étendue à tous les logements achevés depuis 2 ans ou plus, alors qu’il était auparavant réservé aux logements construits avant 1990.

Les 4 erreurs à éviter

Erreur avec une chaudière à granulé

Installer sa chaudière soi-même

Comme évoqué plus haut, installer soi-même sa chaudière à granulés peut vite tourner à la catastrophe, vous attirer des ennuis, et vous coûter plus cher que l’argent que vous avez pensé économiser en le faisant, et ce même si vous avez les compétences nécessaires.

Donc, à moins que vous soyez vous-même un installateur certifié RGE, voici pourquoi nous vous déconseillons vivement de vous charger de l’installation de votre chaudière :

  • Les réglages optimaux pour maximiser les performances de votre installation doivent être effectués par un professionnel qui possède les connaissances et les compétences requises.
  • Ce que vous économiserez sur la main d’œuvre, vous le perdrez sur les aides de l’Etat dont vous ne pourrez pas bénéficier. Vous perdrez même sans doute plus d’argent de cette façon.
  • Le risque zéro n’existe pas, surtout quand on parle d’une installation générant de l’énergie et utilisant un système de combustion. En cas d’incident, si vous avez fait l’installation vous-même et que donc cette dernière n’est pas garantie, votre assureur est en droit de refuser toute prise en charge des dégâts quels qu’ils soient (matériels, corporels etc.).

Ne pas réaliser un entretien régulier

L’entretien minimum à faire régulièrement est une révision de votre chaudière une fois par an, ainsi qu’un ramonage une à deux fois par an. Lors de cette révision, votre chauffagiste contrôlera les organes de sécurité de votre installation, effectuera un nettoyage de la chaudière etc. Ne pas réaliser ces étapes de maintenance peuvent engendrer des conséquences plus ou moins fâcheuses.

Un mauvais entretien écourtera la durée de vie de votre installation et en altérera les performances. Vous réaliserez moins d’économies sur vos factures et consommerez plus d’énergie que nécessaire pour votre chauffage et votre eau chaude sanitaire.

Une absence de ramonage peut avoir des conséquences bien plus graves. En effet, si le conduit se bouche du fait d’une accumulation de suie, vous risquez l’incendie, ni plus ni moins ! Par ailleurs, le ramonage est une étape obligatoire, sans laquelle votre assurance peut refuser toute prise en charge en cas de problème.

Pour effectuer l’entretien et la maintenance de votre chaudière à granulés, nous vous conseillons d’opter pour un contrat de maintenance auprès de votre installateur. Cela vous coûtera moins cher, et il effectuera tous les entretiens réguliers, ainsi que les réparations nécessaires en cas de panne.

Installer une chaudière trop puissante

Installer une chaudière trop puissante par rapport à vos besoins en espérant réaliser des économies parce qu’elle consommera moins est une erreur. Premièrement cela vous coûtera plus cher à l’achat.

Deuxièmement, faire tourner une chaudière en permanence à bas régime est mauvais pour son fonctionnement. Cela va encrasser plus vite les conduits et globalement diminuer sa durée de vie.

Installer une chaudière pas assez puissante

Là aussi c’est une mauvaise idée, mais dans l’autre sens. Votre chaudière sera moins performante et consommera plus de granulés puisqu’elle tournera sans cesse à plein régime, ce qui diminuera vos économies d’énergie et d’argent. Pour des raisons inverses ayant le même résultat final, l’usure de votre installation sera plus rapide, donc sa durée de vie plus courte.

FAQ

Quelle est la différence entre une chaudière à granulés et un poêle à granulés ?

Les deux ne sont pas destinés aux mêmes usages. Leur fonctionnement de base est similaire, c’est-à-dire que les deux utilisent le même combustible pour générer de la chaleur afin de chauffer votre habitation. Certains poêles peuvent même être adaptés à un ballon d’eau chaude.

Néanmoins, pour ce qui est de chauffer votre habitation, la chaudière va diffuser la chaleur via un circuit hydraulique de chauffage central, tandis que le poêle va diffuser la chaleur par circuit d’air, par convection ou par rayonnement.

La taille des installations est également différente, une chaudière étant beaucoup plus volumineuse qu’un poêle, notamment à cause du stockage des granulés. Concrètement, tout dépend de la surface à chauffer, de la configuration de votre maison et de vos besoins en chauffage.

Pour faire court, si vous avez une grande maison constituée d’étages et de pièces fermées et séparées, privilégiez la chaudière. Si vous avez une petite habitation, ou un grand espace ouvert, ou que vous n’avez besoin de chauffer qu’une seule pièce etc., vous pouvez envisager le poêle à granulés.

Les granulés et les pellets, qu’est-ce que c’est ?

Pour commencer, sachez que les deux termes granulés et pellets désignent la même chose. Il s’agit de chutes de bois (copeaux, chutes de menuiserie etc.) qui sont recyclés. Concrètement, ils sont séchés et fortement compressés par un système mécanique. Ils sont donc constitués de bois 100% naturel, sans ajout de produits liants ou autres produits inflammables.

J’ai une chaudière au fioul, puis-je la remplacer par une chaudière à granulés ?

Oui, tout à fait ! Si vous avez déjà une chaudière, qu’elle soit au fioul, au gaz ou autre, vous pouvez la faire remplacer par une chaudière à granulés, qui sera installée et reliée à votre circuit de chauffage existant. Seules les chaudières à granulés à condensation peuvent « poser problème », car elles nécessitent un circuit de chauffage basse température.

Si ce n’est pas déjà le cas de votre installation existante, il faudra également envisager de remplacer votre chauffage central.

Pour conclure, vous avez désormais toutes les informations essentielles pour bien choisir votre future chaudière à granulés de bois. Un projet nécessitant un budget élevé, mais qui se rentabilise facilement en quelques années grâce aux économies d’énergie qu’il permet de réaliser, sans compter les aides de l’Etat. Pour partager votre avis sur ce sujet, nous poser vos questions ou partager votre expérience, n’hésitez pas à nous écrire un commentaire.