Dernière mise à jour

La pompe à chaleur géothermique a de plus en plus de succès auprès des foyers français, et partout dans le monde. Efficace, économique et écologique, elle utilise, à l’instar des panneaux solaires ou encore du chauffe-eau thermodynamique, une énergie renouvelable : celle fournie par le sol de la Terre.

Comme toute installation de chauffage, la PAC géothermique possède bien sûr ses avantages et inconvénients. En installer une chez soi implique un certain investissement et quelques travaux. 

Grâce à notre guide 2020, vous aurez toutes les informations utiles à connaître avant de concrétiser votre projet. De l’achat à l’installation, du choix du type de pompe aux aides de l’État, voici tout ce qu’il y a à savoir sur la pompe à chaleur géothermique.

Voir également nos autres guides de pompe à chaleur :

Informations à connaître avant l’installation d’une pompe à chaleur géothermique

Comme pour toute installation d’un nouveau système de chauffage, l’installation d’une pompe à chaleur (PAC) géothermique nécessite la réalisation de certains travaux ainsi qu’un investissement financier. Il est donc important de bien vous informer avant de vous engager concrètement dans la réalisation de ce projet.

Pourquoi choisir une pompe à chaleur géothermique ?

La PAC géothermique possède ses avantages et ses inconvénients. Voici quelques informations essentielles sur les avantages et inconvénients d’une telle installation, pour vous aider à peser le pour et le contre et déterminer si, oui ou non, la PAC géothermique est le meilleur choix pour chauffer votre habitation et vous fournir de l’eau chaude sanitaire.

Une installation peu gourmande en électricité

Votre PAC géothermique consommera certes de l’électricité, mais beaucoup moins que d’autres systèmes de chauffage tels qu’une chaudière, ou pire, un chauffage électrique. Concrètement, pour 1kWh consommé, votre installation produira entre 3 et 4 kWh de chaleur. Ce ratio représente un coefficient de performance ou COP. Par comparaison, le COP d’un chauffage électrique est de seulement 1. 

En d’autres termes, installer une PAC géothermique pour chauffer votre maison et/ou votre eau chaude sanitaire peut avoir pour conséquence une facture d’énergie jusqu’à 3 ou 4 fois moins élevée !

Une solution écologique et durable

La PAC géothermique utilise une énergie fournie naturellement par le sol pour produire de la chaleur. Cette énergie est disponible de manière illimitée, il s’agit d’une énergie renouvelable au même titre que l’énergie solaire, éolienne ou hydraulique.

Par ailleurs, la pompe à chaleur géothermique n’est pas émettrice de CO2. Elle fait partie des solutions écologiques et durables pour une production de chaleur propre, fournie gratuitement par dame nature.

Adaptable à certaines installations existantes

La PAC géothermique présente le gros avantage de pouvoir s’adapter à plusieurs types d’installations de chauffage existantes. Ainsi, si vous avez déjà chez vous les installations suivantes, votre pompe à chaleur pourra directement être raccordée dessus :

  • Un système de chauffage central avec des radiateurs haute température
  • Un plancher chauffant (chauffage basse température)
  • Des radiateurs à chaleur douce
  • Un chauffe-eau

Si vous avez un système de chauffage électrique, vos radiateurs peuvent être remplacés par des ventilo-convecteurs. Alimentés par le fluide caloporteur de la PAC, ils diffuseront la chaleur directement dans l’air de votre maison.

Des économies conséquentes sur vos factures d’énergie

L’installation étant très peu gourmande en électricité, elle vous permettra de réduire considérablement vos factures d’énergie, d’autant plus qu’une PAC géothermique ne consomme aucun combustible (gaz, fioul etc.). 

Selon votre installation existante, la réduction peut aller jusqu’à diviser vos factures par 3 ou 4 !

Un investissement rapidement rentabilisé

Avec les économies réalisées sur vos factures d’énergie, et celles réalisées sur l’achat et les travaux grâce aux aides gouvernementales, l’investissement dans une pompe à chaleur géothermique sera rapidement rentabilisé.

Si cette rentabilité se calcule au cas par cas (en fonction de votre installation et de votre consommation actuelle), l’investissement dans une PAC géothermique est en moyenne rentabilisé au bout de 4 ou 5 ans seulement.

Une longue durée de vie

Installée par un professionnel qualifié et régulièrement entretenue, une pompe à chaleur géothermique a une longue durée de vie, qui est en moyenne de 15 à 20 ans. Additionné à ses bonnes performances et sa forte rentabilité, cet autre avantage fait de la PAC géothermique un excellent investissement pour chauffer votre maison.

Les inconvénients

Si la PAC géothermique possède de nombreux avantages, elle possède également quelques inconvénients dont il faudra tenir compte dans votre prise de décision.

Un investissement élevé

Entre le coût d’achat et le coût d’installation, la PAC géothermique représente un investissement relativement élevé qui peut ne pas convenir à tous les budgets. Cependant, ces coûts sont à mettre en perspective avec les deux éléments suivants :

  • La possibilité de réduire considérablement ces coûts grâce aux aides de l’État, et d’en faciliter le financement avec l’éco-prêt à taux zéro.
  • Les économies importantes réalisées sur vos factures d’énergie, et ce sur le long terme.

Ainsi, même si le coût “brut” de votre pompe à chaleur géothermique représente une somme importante, gardez à l’esprit qu’il ne représente pas le coût réel final, et calculez dès le départ ce coût réel, ainsi que son amortissement et sa rentabilisation grâce aux économies réalisées par la suite.

Pas adaptable à tous les terrains

L’installation d’une PAC géothermique implique l’installation dans le sol de votre terrain de capteurs géothermiques. Cet élément indispensable a pour inconvénient qu’on ne peut pas installer ce dispositif dans toutes les maisons, car il faut aussi que le terrain soit adapté.

Par ailleurs, la nature de votre sol et la configuration de votre terrain influenceront directement la nature des travaux à réaliser (forage, terrassement) et donc le coût de ces travaux.

Fonctionnement d’une pompe à chaleur géothermique

Voyons à présent en détail comment fonctionne une pompe à chaleur géothermique, les différents modes de fonctionnements des modèles existants, et les principes et mécanismes utilisés pour chauffer votre logement et votre eau chaude sanitaire.

La géothermie : Une énergie renouvelable et gratuite

Comme son nom l’indique, la pompe à chaleur géothermique utilise le principe de la géothermie pour produire de la chaleur. Concrètement, la terre emmagasine en permanence de la chaleur, qui provient du soleil mais aussi du sous-sol. Mieux encore, la température sous le sol reste constante été comme hiver

Ainsi, même avec un sol gelé en surface, la température à partir d’une certaine profondeur sera toujours constante. Bien sûr, cette température dépend de la profondeur dont on parle, et plus on descend profondément sous terre, plus la température est élevée. Par exemple, à 100 mètres de profondeur, la température du sous-sol est de 10°C en moyenne, 20°C si on descend jusqu’à 300 mètres etc.

L’objectif d’une pompe à chaleur géothermique est de pouvoir récupérer et exploiter cette chaleur, disponible gratuitement et renouvelable.

Principe de fonctionnement général

Le principe de fonctionnement de base d’une pompe à chaleur géothermique est relativement simple. Des capteurs thermiques sont placés dans le sol pour récupérer la chaleur emmagasinée par la terre. 

Cette chaleur est ensuite transportée dans votre circuit de chauffage et/ou vers votre eau chaude sanitaire via un fluide dit “caloporteur”, c’est à dire capable de stocker de la chaleur pour la transporter. Ce fluide caloporteur va ainsi venir chauffer vos radiateurs et votre eau sanitaire grâce à la chaleur trouvée et récupérée sous terre.

Il existe différents types de pompes à chaleur géothermiques, et différents types de capteurs, à choisir selon plusieurs critères qui dépendent de votre habitation, de vos besoins en chauffage etc.

Les différentes technologies disponibles

Il existe différents types de pompes à chaleur géothermiques, ainsi que différentes manières de capter la chaleur disponible dans le sol. Chaque technologie possède ses caractéristiques, à choisir principalement en fonction de la configuration de votre terrain et de votre maison, de vos besoins en chauffage et enfin de votre budget.

La pompe à chaleur géothermique sol/sol

La PAC sol/sol ou PAC à détente directe est le système le plus simple et le plus économique parmi les systèmes de PAC disponibles sur le marché. Elle fonctionne grâce à un fluide dit “frigorigène” (ou caloporteur) qui transporte la chaleur grâce à des cycles de condensation/évaporation. La pompe à chaleur sol/sol est uniquement destinée à chauffer le sol, via un condenseur installé au sein d’une dalle en béton. Enfin, ce système n’est adapté qu’à des capteurs géothermiques horizontaux.

Avantages :

  • Système simple dans son fonctionnement
  • L’un des systèmes les moins chers du marché
  • Performant et économique en énergie

Inconvénients :

  • Système non réversible (il ne peut pas servir de climatiseur en été)
  • Nécessite un grand terrain
  • Ne peut chauffer que par le sol
  • Nécessite de contrôler fréquemment son étanchéité

La pompe à chaleur géothermique sol/eau

La pompe à chaleur sol/eau dite à “procédé mixte” fonctionne elle aussi grâce au fluide caloporteur qui transfère la chaleur prélevée dans le sol à l’eau circulant dans votre système de chauffage, le tout via un échangeur intérieur.

Grâce à ce système, la PAC sol/eau, contrairement à la PAC sol/sol, s’adapte également à des radiateurs ou des ventilo-convecteurs, en plus de pouvoir alimenter un circuit de chauffage par le sol.

Enfin, ce type de PAC géothermique ne peut également fonctionner qu’avec un système de captage horizontal.

Avantages :

  • Polyvalentes, ces PAC permettent d’alimenter plusieurs types de systèmes de chauffage simultanément.
  • Performante et économique.

Inconvénients :

  • Système non réversible
  • Nécessite un grand terrain

La pompe à chaleur géothermique eau glycolée/eau

La PAC géothermique eau glycolée/eau ou pompe à chaleur géothermique à fluide intermédiaire comporte deux échangeurs thermiques (condensation et évaporation). Les capteurs contiennent de l’eau glycolée, autrement dit de l’eau composée d’environ 20% de glycol, ce qui lui évite de geler en période hivernale. Pour ce type de PAC, le système de captage peut être horizontal ou vertical.

C’est actuellement le type de pompe à chaleur géothermique le plus fréquemment proposé par les professionnels, pour sa polyvalence et son adaptabilité, tout en restant performante et économique.

Avantages :

  • Système réversible ou “free cooling” : cette PAC permet de profiter de la fraîcheur du sol pour rafraîchir votre maison en été, comme le ferait une climatisation, mais en consommant très peu d’énergie.
  • Plus polyvalente, cette PAC s’adapte à un captage horizontal ou vertical, donc à un plus grand nombre de terrains, et permet de chauffer plusieurs types d’émetteurs différents (radiateurs, chauffage par le sol, chauffe-eau etc.).

Inconvénients :

  • Plus chère à l’achat

La pompe à chaleur géothermique eau/eau

La PAC géothermique eau/eau ou PAC aquathermique utilise un système de captage vertical sur nappe phréatique. Au lieu de capter la chaleur directement émise par le sol, ce type de PAC capte la chaleur de l’eau souterraine, elle-même chauffée par la géothermie.

Concrètement, elle implique de creuser deux puits : un puit de pompage et un puit d’évacuation. L’eau est donc pompée dans le premier puit et envoyée dans l’évaporateur qui en récupère la chaleur. Elle retourne ensuite au sous-sol via le puit de refoulement.

Avantages :

  • Système très performant et économique.
  • Possibilité d’utiliser l’eau pompée pour d’autres usages en simultané (arrosage du jardin etc.).
  • S’adapte bien aux petits terrains (captage vertical).

Inconvénients :

  • Nécessite des travaux de forage.
  • Investissement de départ plus élevé.

Les différents types de capteurs thermiques

Voyons à présent quels sont les différentes façons de capter la chaleur constante émise, été comme hiver, par le sol et les nappes phréatiques.

Le captage horizontal au sol

Le captage horizontal au sol est le plus couramment choisi. En effet, il nécessite moins de travaux et il est, par conséquent, plus économique. L’inconvénient est qu’il nécessite de disposer d’une grande surface de terrain, qui soit au minimum 1,5 fois plus grande que la surface à chauffer, et idéalement 2,5 fois plus grande. Par exemple, pour une surface à chauffer de 100 m², la surface de terrain devra être au minimum de 150 m², et idéalement de 250 m².

L’autre inconvénient de ce système est qu’étant donné leur faible profondeur (de 60 cm à 1,20 m), les capteurs géothermiques sont plus facilement soumis aux variations de température, contrairement aux capteurs verticaux qui puisent la chaleur à une profondeur où cette dernière est beaucoup plus constante.

Le captage vertical au sol

Les capteurs verticaux nécessitent d’être installés à des profondeurs pouvant aller jusqu’à 150 mètres selon la nature du sol, la moyenne se situant généralement entre 80 et 100 mètres. L’avantage est qu’à une telle profondeur, la température du sous-sol reste stable été comme hiver. Ces capteurs sont donc particulièrement recommandés dans les régions froides. L’inconvénient est qu’ils entraînent des travaux plus lourds (forage), plus coûteux, et nécessitant quelques démarches administratives.

Le captage vertical sur nappe phréatique

Le captage vertical sur nappe phréatique est très similaire au captage vertical au sol, tant au niveau des travaux que des avantages et inconvénients. La différence est qu’au lieu de capter la chaleur du sol, le système va puiser l’eau de la nappe phréatique pour en extraire la chaleur avant de restituer cette eau, via un second puit.

Ainsi, tout comme pour le captage vertical au sol, ce système est plus stable mais également plus coûteux et engendre des démarches administratives plus nombreuses et des travaux plus importants.

Consommation et performances

Pour évaluer la consommation électrique d’une PAC géothermique, on tient compte d’un indicateur appelé le COP, ou coefficient de performance. En moyenne, les PAC géothermiques ont un COP de 3, ce qui signifie que pour 1 kWh consommé, 3 kWh de chaleur est produite. En comparaison, un chauffage électrique classique a un COP de 1. 

Les PAC géothermiques les plus performantes peuvent voir leur COP monter jusqu’à 5, pour les systèmes à captage vertical notamment. 

Pour simplifier, cela signifie que quelle que soit la PAC géothermique que vous choisirez et le système de captage qui l’accompagne, vous ferez des économies en comparaison d’un système de chauffage ancien et/ou utilisant des énergies fossiles.

Bon à savoir : Les performances d’une PAC géothermique sont optimales lorsqu’elle est couplée à un système de chauffage basse température, comme un plancher chauffant par exemple.

Prix d’une pompe à chaleur géothermique : coûts d’achat et d’installation

Pour commencer, concernant les travaux d’installation des capteurs géothermiques, il faut compter en moyenne 150€/m² TTC pour des capteurs horizontaux et 200€/m² TTC pour des capteurs verticaux. Les m² dont on tient compte ici sont ceux de la surface à chauffer et non ceux de la surface nécessaire à l’installation des capteurs.

Ainsi, pour une surface à chauffer de 100 m², comptez un budget de 15 000€ TTC pour un système à captage horizontal, et 20 000€ TTC pour un système à captage vertical.

Ensuite, comptez environ 5 000€ supplémentaires pour l’achat de la pompe à chaleur et de ses accessoires. Ce prix peut évidemment varier selon le modèle choisi, sa puissance etc.

Le coût total de l’achat et l’installation d’une pompe à chaleur géothermique peut ainsi varier entre 20 000 et 50 000€ environ

Remarque : Ces prix sont des moyennes données à titre indicatif et qui ne tiennent pas compte des aides de l’État, souvent cumulables, que vous pourriez obtenir pour diminuer le coût total de vos travaux (CITE, TVA réduite, éco-PTZ etc.).

Les aides de l’État pour votre investissement

Les aides de l’État permettent de beaucoup réduire votre facture d’achat et d’installation, ce qui augmente d’autant la rentabilité de votre future installation et la rapidité de votre retour sur investissement. Voici les différentes aides, relatives à la transition énergétique, qu’il est possible d’obtenir lorsque vous achetez et installez une pompe à chaleur géothermique dans votre logement.

Le crédit d’impôt 2020

Grâce au crédit d’impôt transition énergétique ou CITE, vous pouvez bénéficier de 30% de crédit d’impôt, calculé sur le montant total des travaux d’installation de votre pompe à chaleur géothermique. Autre avantage du CITE, il est également cumulable avec l’éco-prêt à taux zéro

Voici les critères d’éligibilité permettant de bénéficier du CITE 2020 :

  • Le logement dont vous êtes propriétaire doit être votre résidence principale et sa construction doit avoir été achevée depuis au moins 2 ans.
  • Valable pour les dépenses de travaux de rénovation énergétique réalisées jusqu’au 31 décembre 2020.
  • Valable uniquement pour les travaux réalisés par une entreprise certifiée RGE.
  • Les montants éligibles devront être déclarés sur votre déclaration de revenus correspondant à l’année du paiement effectif des travaux.

CITE : Ce qui change en 2020

Le CITE est sur le point d’être supprimé. Toujours disponible pour l’année 2020, il est néanmoins en train d’être remplacé par une prime de transition énergétique, appelée MaPrimeRénov. Déjà disponible cette année, cette prime, qui est soumise à conditions de ressources, remplacera définitivement le CITE dès 2021.

La prime de transition énergétique et le crédit d’impôt transition énergétique n’étant pas cumulables, il a fallu imposer des conditions de ressources respectives à ces deux aides, alors que le CITE n’était pas soumis à de telles conditions les années précédentes.

Les montants plafonds des dépenses éligibles du CITE ont également été revus à la baisse :

  • 2400 € pour une personne seule et 4800 € pour un couple (contre respectivement 8 000 € et 16 000 € auparavant)
  • 120 € supplémentaires par personne à charge (contre 400€ auparavant)

L’Agence Nationale de l’Habitat

L’agence nationale de l’habitat, ou ANAH, propose plusieurs aides et subventions différentes en

fonction du type de travaux que vous réalisez. De plus, leurs programmes d’aide (Habiter Sain, Habiter Serein, Habiter Mieux etc.) sont parfois cumulables. 

N’hésitez pas à les contacter pour qu’ils puissent déterminer si vous êtes éligible à une ou plusieurs de leurs subventions en fonction de la nature et du contenu de votre projet.

La prime de transition énergétique MaPrimeRénov

En collaboration avec l’ANAH et depuis cette année, le gouvernement a mis en place la prime de transition énergétique MaPrimeRénov, censée totalement remplacer le CITE dès l’année prochaine.

Cette prime est en quelque sorte une fusion du CITE et du programme d’aide Habiter Mieux Agilité de l’ANAH.

Conditions d’éligibilité :

  • Ne pas dépasser les plafonds de ressource définis par l’ANAH, qui varient en fonction du nombre de personnes dans le foyer et de la région d’habitation.
  • La construction du logement doit avoir été achevée depuis au moins 2 ans.

Pour l’installation d’une PAC géothermique, la prime MaPrimeRénov varie entre 8 et 10 000€ selon vos revenus.

L’éco-prêt à taux zéro

L’éco-prêt à taux zéro est un crédit auquel vous pouvez souscrire auprès de votre banque, dont les intérêts sont pris en charge par l’État (donc à taux zéro pour vous). Même si la plupart des banques pratiquent l’éco-prêt à taux zéro, toutes ne le font pas. Vérifiez au préalable que votre banque met bien cette aide à disposition de ses clients. 

Voici les principales conditions d’éligibilité et caractéristiques de l’éco-prêt à taux zéro :

  • Vous devez être propriétaire occupant, bailleur ou copropriétaire de votre logement.
  • Le logement doit avoir été construit avant le 1er janvier 1990.
  • Vos travaux doivent impérativement être réalisés par un professionnel certifié RGE.
  • Le montant du prêt peut aller de 7000 à 30 000€, en fonction du nombre et du type de travaux à réaliser.
  • Vous pouvez demander un second éco-PTZ pour le même logement dans les 5 années qui suivent, à condition que le montant des deux n’excède pas 30 000€
  • La durée du prêt ne peut pas excéder 15 ans, et les travaux devront être effectués dans les 3 ans qui suivent l’émission de l’offre de prêt.

L’éco-prêt à taux zéro est cumulable avec :

  • Le CITE 2020 ou MaPrimeRénov.
  • Les aides de l’ANAH.
  • Le PTZ pour l’accession à la propriété.
  • Les certificats d’économie d’énergie.

La TVA à taux réduit

Les PAC géothermiques sont également éligibles à la TVA au taux réduit de 5,5% au lieu de 20%. Voici les autres conditions à remplir pour en bénéficier :

  • Le logement doit avoir été construit et terminé depuis au moins 2 ans.
  • La TVA à taux réduit ne s’applique qu’aux matériaux et main-d’œuvre facturés par le professionnel reconnu RGE chargé de l’installation. Ainsi, si vous achetez vous-même les matériaux, ils seront soumis à la TVA classique de 20%.
  • Le logement concerné peut être une résidence principale ou secondaire. Cependant, les locaux concernés par l’installation doivent obligatoirement être affectés à ce logement.

Comment choisir la meilleure pompe à chaleur géothermique

Il existe de nombreux modèles de PAC géothermiques différents, qui varient selon leur puissance et leur technologie. Voici sur quels critères vous baser pour choisir quelle sera la meilleure pompe à chaleur géothermique pour vous.

Vos besoins en chauffage

Le premier critère à prendre en compte est évidemment de cerner quels sont vos besoins en termes de chauffage. Autrement dit :

  • Quelle est la surface à chauffer ?
  • Souhaitez-vous également chauffer votre eau sanitaire ?
  • Quelle température ambiante minimale souhaitez-vous conserver dans les pièces de votre maison ?
  • Combien de personnes composent votre foyer ?

De ces questions dépendront notamment la puissance de votre PAC géothermique, exprimée en kilowatts.

La taille et la nature de votre terrain

La taille et la nature de votre sol sont également deux éléments très importants, notamment pour déterminer le système de captage géothermique, dont peut aussi dépendre le type de PAC que vous devrez choisir. Rappelez-vous, pour un système de captage horizontal, il faut une surface au sol d’au minimum 1,5 fois la surface à chauffer.

Du choix du captage géothermique dépendra aussi la nature et le montant des travaux à effectuer, avec la possibilité de devoir effectuer une étude de sol.

La présence d’un système de chauffage existant

Si votre maison n’est pas en construction, que vous y vivez déjà et que vous souhaitez installer une PAC géothermique pour remplacer votre système de chauffage existant, alors la nature de ce dernier a également son importance

Si votre PAC géothermique est adaptable à au moins une partie de votre système de chauffage actuel, alors là encore les travaux seront moins importants et vous permettront de réaliser des économies sur l’investissement total.

Par exemple, certaines PAC géothermiques peuvent être adaptées à des radiateurs, un plancher chauffant, ou un chauffage électrique en remplaçant les radiateurs électriques par des ventilo-convecteurs.

Votre budget

Enfin, le budget de départ dont vous disposez est bien sûr à prendre en compte, en tenant également compte des aides de l’État. Par exemple, l’éco-PTZ vous permettra de ne pas régler toute la facture d’un seul coup grâce aux mensualités

Le CITE, la TVA à taux réduit et les aides de l’ANAH viendront quant à eux prendre en charge une partie importante de l’investissement global.

Ainsi, voyez votre budget comme un apport, en gardant à l’esprit que ce n’est pas parce que votre budget disponible est inférieur au coût de la PAC géothermique que vous souhaitez acquérir que cette dernière est inaccessible. 

Installation d’une pompe à chaleur géothermique

En général, il est toujours recommandé de faire installer son système de chauffage par un professionnel agréé (certifié RGE), ne serait-ce que pour avoir des garanties sur l’installation et l’entretien et pouvoir bénéficier des aides de l’État. 

Cependant, il est parfois possible, pour certains types de chauffage, de les installer soi-même lorsque les travaux d’installation restent simples à réaliser. Cela peut, dans certains cas, permettre de réaliser des économies qui seront supérieures à ces aides.

La pompe à chaleur géothermique ne fait pas partie de ces systèmes de chauffage que l’on peut installer soi-même dès lors que l’on a quelques compétences en bricolage. Elle nécessite, tout d’abord, des travaux de forage et/ou de terrassement qui impliquent des compétences professionnelles spécifiques, un matériel professionnel adapté etc. 

Enfin, le réglage de la pompe pour qu’elle chauffe votre maison de manière optimale en consommant le moins d’énergie possible, doit être fait, lui aussi, par un professionnel, qui dispose des compétences, outils de mesure et matériel nécessaires.

Les démarches administratives

En fonction du type de captage géothermique choisi (horizontal ou vertical), vous aurez quelques démarches administratives à effectuer pour que les travaux puissent avoir lieu.

Travaux de terrassement

Les systèmes de captage horizontaux nécessitent des travaux de terrassement, dont la profondeur n’excède généralement pas 1,20 mètres. Pour cela, il vous suffira de faire une demande de travaux auprès de votre Mairie.

Travaux de forage

Les systèmes de captage verticaux nécessitent quant à eux des travaux plus poussés de forage, pour atteindre des profondeurs pouvant osciller entre 25 et 150 mètres suivant la nature de votre sol et le type de captage choisi (sol, nappe phréatique). Les démarches administratives sont donc un peu plus nombreuses.

Pour commencer, une étude de sol devra être effectuée. Ensuite, selon l’article 131 du Code Minier, il faudra effectuer une déclaration préalable auprès de la DRIRE (Direction Régionale de l’Industrie, de la Recherche et de l’Environnement), étant donné que le forage dépasse la limite de 10 mètres.

Pompe à chaleur géothermique

Concernant l’installation de la pompe à chaleur géothermique, une déclaration d’ouvrage devra être remplie (décret 78-498, article 17). Cette déclaration devra être envoyée au moins un mois avant la date de début des travaux. 

Remarque : Certains installateurs professionnels proposent d’effectuer une partie de ces démarches administratives pour vous. 

Entretien d’une pompe à chaleur géothermique

L’entretien obligatoire

Si le fluide caloporteur (frigorigène) de votre PAC géothermique est supérieur à une charge de 2 kg, alors un entretien annuel est obligatoire. Dans ce cas, vous pouvez signer un contrat d’entretien avec votre installateur. L’avantage est que votre PAC sera entretenue par le même professionnel qui l’aura installé, qui pourra également intervenir rapidement et gratuitement en cas de panne. Les prix de ces contrats varient en moyenne entre 100 et 300€/an.

L’entretien conseillé

En dehors des entretiens obligatoires, il est vivement recommandé de contrôler régulièrement la pression du module hydraulique de votre PAC. Si cette pression baisse trop et qu’un remplissage complémentaire est nécessaire, il faut tenir compte de la composition du fluide caloporteur. En cas de doute, faites appel à votre installateur.

Il est également recommandé de changer le fluide circulant dans vos émetteurs de chaleur (radiateurs, plancher chauffant etc.) tous les 5 ans, afin de conserver des performances optimales pour votre PAC géothermique.

Vous savez désormais comment fonctionne une pompe à chaleur géothermique, combien ça coûte, quels sont les travaux à effectuer, comment l’entretenir et quelles sont ses performances. Ce système de chauffage performant, écologique et très économique vous permettra de conserver une température ambiante constante toute l’année sans émission de CO2 et en consommant un minimum d’électricité.

Si vous avez des questions, des compléments d’information, ou que vous souhaitez partager votre avis ou vos expériences, n’hésitez pas à nous laisser un commentaire sous cet article.